Tag Archives: Union européenne

Du chaos annoncé doit renaître l’espoir Européen.

Depuis l’investiture de Donald Trump aux Etats-Unis, chaque jour apporte au moins une mauvaise nouvelle : suppression des aides aux associations d’aide aux femmes désirant avorter, relance de construction d’oléoduc, construction du mur frontière avec le Mexique, abandon de l’Obama-Care, désengagement de traités internationaux,  coups portés à la lutte contre le réchauffement climatique…on ne sait pas comme appliquer une taxonomie tant les mesures prises sont disparates et idéologiques, tant hélas elles auront une portée considérable sur la vie des Américains ainsi que sur celles de centaines de million d’habitants du monde. On imaginait sa vision du monde avec inquiétude, c’est pire encore.

Afficher l'image d'origine

Source : lesobervateurs.ch

A l’Est de l’Europe, Poutine entend profiter de la politique d’isolationnisme de Trump qui aura pour conséquence un désengagement des Etats-Unis dans ses zones d’influence, pour obtenir un retrait des sanctions économiques Européennes et Américaines à l’égard de son pays suite à l’annexion de la Crimée. Mettant ainsi à distance les Etats Unis, Vladimir Poutine pourrait sereinement asseoir sa zone d’influence sur les anciens pays de l’Est : Géorgie, Ukraine et Pays Baltes ainsi qu’au Sud sur une partie des Balkans.

Theresa May venant réaffirmer à Washington les liens de son pays avec les Etats-Unis, a cherché le soutien de son allié naturel pour faire face aux conséquences économiques du Brexit en a profité pour plaider en vain semble-t-il l’application des accords de Minsk : « Nous pensons que les sanctions doivent rester en place jusqu’à la pleine application des accords de Minsk et nous avons continué à défendre cette position à l’intérieur de l’Union européenne. » Le non soutien de Donald Trump à cette déclaration indique que la nouvelle administration américaine semble privilégier une vision plus étroite de son rôle dans le monde.

Si les Etats-Unis et la Russie devaient rééquilibrer leurs influences diplomatiques, militaires et commerciales, et si on ajoute un délitement du processus européen déjà amorcé avec le Brexit, on reviendrait à une situation du début du 20ème siècle, période de rivalités et d’instabilité fortes. Ce danger nous guette.

De ce chaos annoncé, quelle doit être notre position ? Les déclarations successives des chefs d’Etat lors du mini sommet des pays du Sud de l’Europe qui se tient cette semaine à Lisbonne semblent marquer l’urgence d’une réaction forte des pays européens pour faire face au retrait Britannique, à la politique uniquement centrée sur des intérêts court-termiste de Trump et à l’interventionnisme de Poutine. Depuis trop longtemps l’Union Européenne n’est plus que principalement un lieu de pouvoir où s’exercent au désespoir des Euro citoyens des luttes d’influences économiques et financières sous pression des lobbies. Il est urgent de chercher à rebâtir des convergences communes, à se fixer des objectifs et des moyens ambitieux, à refaire vivre l’idéal de paix et d’intégration de Notre Europe. En cela Trump est peut-être une chance pour l’Europe.

9 mai, fête de l’Europe, faisons de l’Europe !

Dans le climat très morose de notre pays, cette exclamation s’apparente à une provocation. En France, l’Europe et plus encore ses institutions et ceux qui les représentent sont rejetés. L’Europe ne fait visiblement plus rêvée. Les économies de beaucoup de pays européens sont en mauvais état, on constate un repli populiste important, repli souvent nationaliste, mais pas seulement. A l’approche des élections les sondages sonnent comme une alerte et devraient nous faire réfléchir.

La construction européenne s’est faite initialement sur la mise en commun de ressources qui permettaient de construire des armements, mesure source de paix et d’espoir à la sortie d’un conflit européen devenu mondial. D’autres biens ont été mis en commun ; l’agriculture avec la Politique Agricole Commune, puis plus dernièrement la monnaie avec la création de l’Euro. Elle s’est faite aussi par des réformes importantes ; la suppression des frontières à l’intérieur de l’espace européen, l’harmonisation des diplômes européens, et les possibilités d’étudier dans un autre pays européens est également une source d’intégration…etc. L’Europe se construisait autour de mises en commun importantes. Nous étions alors dans un modèle d’intégration, un modèle européen avec à sa tête le puissant moteur de l’amitié franco-allemande.

Malheureusement au fur et à mesure de sa construction, notre structure politique européenne s’est faite de moins en moins avec les citoyens. Tout semble se décider dans un cercle d’initiés et tout semble priver les citoyens de l’Union de choisir son modèle, quand une majorité d’électeurs français s’exprime lors d’un référendum, on contourne le résultat pour qu’in fine, le traité soit mis en œuvre. La crise économique que nous rencontrons entraine un repli des économies nationales sur elles-mêmes, on regrette le dumping fiscal, on déplore l’existence de paradis fiscaux au cœur de notre Union, on se désespère de la concurrence entre travailleurs par des mesures libérales et socialement insuffisantes…etc. Le modèle européen est devenu un modèle libéral de concurrence.

Si je regrette cette méfiance, devenue une défiance chez de nombreux électeurs français, je peux aussi l’expliquer ;

  • L’absence de vision politique européenne chez les dirigeants français et allemands, l’inexistence politique de Manuel Barroso à la tête de la Commission, homme lige des politiques libérales en est la raison principale.
  • L’Europe s’est de plus en plus construite par le haut ; les élites européennes pour les élites de chaque pays, en oubliant que la majorité des européens n’est pas à bac + 5.
  • La non évolution de politiques constitutives de l’Union ; la PAC qui mériterait d’être réformée vers une agriculture moins productiviste et plus qualitative…

Si on veut que le 9 mai résonne à nouveau comme l’hymne d’une construction humaine au service de l’amitié, de la prospérité et de la paix, il est nécessaire de retrouver une vraie vision de l’Europe, un modèle d’intégration :

  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence sociale ;
  • un modèle économique basé sur le qualitatif et la proximité par des investissements forts dans les industries vertes et créatrices d’emplois ;
  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence social ;

Alors le 9 mai, prenons le chemin des bureaux de vote, choisissons un modèle européen qui défend l’intérêt général et la solidarité.