Tag Archives: TAFTA

Journée de lutte contre TAFTA

Source : http://reve86.org/stop-tafta-dans-la-vienne/

Le transatlantique free trade agreement ou accord de libre-échange transatlantique est en discussion entre les Etats Unis et l’Europe. Ce traité vise à l’abaissement des droits de douane que les multinationales trouvent trop élevés. En effet nos législations en matière d’environnement, d’alimentation, de santé, de liberté numériques, de services publics, de régularisation de la finance sont une barrière à l’entrée de produits que les USA voudraient limiter voir supprimer. Avec TAFTA bonjour le poulet aux hormones et bonjour les OGM. Du côté européen nos grandes entreprises défendent une privatisation du service de l’eau aux Etats Unis, elles poussent donc à un accord de libre-échange plus souple. Du côté Américain, les fournisseurs de service de santé souhaitent marchandiser nos services publics. Les partisans de TAFTA arguent que ce traité est une bonne réponse pour sortir l’Europe de la crise, comme d’habitude ils promettent des emplois et la fameuse croissance.

Source : http://www.indignez-vous.be/index-international-StopTAFTA.html

Ne nous y trompons pas ! Quand les multinationales veulent s’entendre, c’est rarement pour un projet philanthrope, ou pour améliorer la vie des gens. Même la Commission européenne reconnait que certains secteurs seront dégraissés.

Accepter ce traité est un renoncement à notre capacité de décider et de construire un modèle européen, c’est accepté de tomber dans un modèle où tout est produit de consommation, où le seul modèle est celui de l’argent, où les entreprises finissent pas se substituer aux Etats et donc aux différents peuples.

Ce samedi 11 est la journée contre TAFTA, mobilisons-nous pour dire non, et rejoignons le combat sur :

www.TTIP2014.eu

A Lyon à la MJC du vieux Lyon, le samedi 11 octobre toute la journée.

 

 

 

 

Europe, vers une intégration nécessaire.

Des enjeux démocratiques au sein de l’institution :

Pour la première fois l’ensemble des électeurs européens va pouvoir peser sur le choix du/de la futur(e) président(e) de la commission. Il y aura donc une forme d’incarnation du choix des électeurs. Aux électeurs de découvrir quel modèle européens se dessine derrière le choix de cet homme ou cette femme. Parmi les favoris ; Martin SCHULTZ (socialiste) actuel président du parlement, favorable à la relance économique et Jean Claude JUNCKER ancien Premier ministre Luxembourgeois candidat de la droite, qui s’inscrit dans la continuité de José Manuel BARROSO. Les autres candidats : Guy VERHOFSTADT (alliance des partis démocrates et libéraux) ancien Premier ministre de Belgique, Franceska dite Ska KELLER (Ecologistes) en tandem avec José BOVE, à l’extrême gauche, Alexis TSIPRAS (gauche unitaire) et à l’extrême droite le néerlandais Geert Wilders en tandem avec Marine LE PEN. Ces différentes figures, pour certaines très connues des français permettront peut-être de limiter la faible participation des électeurs au scrutin du 25 mai. Elles préfigurent la possibilité d’un lien plus direct entre les citoyens de l’Union et leurs plus importants représentants.

 

Des enjeux diplomatiques mais aussi fiscaux et commerciaux :

L’Europe s’est tout d’abord construite contre les guerres. Si la possibilité d’un conflit à l’intérieur des frontières de l’Union semble désormais à exclure, c’est à l’est de l’Union que les bruits de bottes se font entendre. La situation en Ukraine est plus qu’inquiétante et il est temps que les européens se dotent d’un système diplomatique et militaire propre à faire un contrepoids face aux velléités Russes. Ce système n’a pas vocation à se substituer aux pays membres, qui doivent garder leurs moyens propres d’agir dans leur zone d’influence mais d’apporter une cohésion et une solidarité plus forte entre les membres pour les affaires qui concernent directement l’Europe dans ses intérêts et/ou son territoire.

Une autre guerre est celle contre l’évasion fiscale. La France cherche à limiter son déficit et le Gouvernement après avoir augmenté les impôts mène une politique de réduction des dépenses. S’il peut apparaître logique d’adapter ses dépenses à ses moyens, il n’en reste pas moins vrai qu’un des enjeux de la collaboration en Europe est la lutte contre les paradis fiscaux. D’après l’économiste Gabriel ZUCKMANN ; ce type de fraude représente pour la France un manque à gagner de plus de 15 milliards d’euros chaque année, calcule l’économiste. 10 milliards d’ISF, de droits de succession et d’autres impôts s’appliquant à ces capitaux et aux revenus qu’ils génèrent. 5 milliards de la baisse des intérêts d’emprunt souverains. L’Union européenne a bien tenté en 2005 de prendre des mesures mais celles-ci ne concernaient que des sociétés écrans basées en Suisse. Les états ont tenté de négocier de manière individuelle. C’est bien au niveau de l’Union qu’il faut peser sur les paradis fiscaux car cette fraude représenterait 1000 milliards à l’échelle européenne, et faire en sorte que ce ne soient pas des pays membres : Luxembourg, Autriche qui s’adonnent à ce genre de comportement.

Le traité T.A.F.T.A. négocié en toute discrétion à Bruxelles et qui visent à supprimer toutes les barrières douanières et règlementaires entre les Etats-Unis et l’Union européenne, s’il est voté aura des conséquences catastrophiques pour nous. On verra le bœuf aux hormones faire son arrivée en France ainsi que tous les produits agricoles génétiquement modifiés, la fin de l’exception culturelle française, etc…L’idée d’une construction européenne toujours plus intégrée a été proposée aux citoyens européens pour nous protéger des « agressions » des autres pays et maintenir notre modèle. En signant le traité T.A.F.T.A. on accepte au nom de la liberté mais plus encore du libéralisme d’entrer dans la zone d’influence des Etats-Unis.

Les enjeux écologiques bien sûr !

Favoriser la transition écologique par des politiques européennes fortes, en matière de limitation de dépenses d’énergies, en établissant un salaire minimum européen, et en matière agricole ; en réaffectant les fonds européens vers les circuits courts… (Je reviendrais dans de futurs articles sur les propositions écologistes)

Est-il possible de se replier sur des solutions nationales quand tant de solutions se présentent en Europe pour répondre à ces enjeux ? Pour la paix entre nous et à nos frontières, pour une plus grande solidarité entre les peuples européens…si vous ne voulez pas que les extrêmes fassent l’élection, une ballade après le repas de la fête des mères au bureau de vote s’impose.