Tag Archives: nucléaire

L’EPR de Flamanville, échec du modèle nucléaire

Afficher l'image d'origine

Le chantier du réacteur nucléaire EPR actuellement en construction à Flamanville dans la Manche connaît une série de scandales liés à sa conception et à des malfaçons. L’acronyme EPR signifie European Pressurized Réactor. Ce type de réacteur nucléaire conçu par Areva relève de la catégorie des réacteurs à eau pressurisée. Il est destiné à des pays disposant de réseaux électriques capables de distribuer une puissance électrique de l’ordre de 1 600 MW. Il est conçu pour utiliser de l’uranium enrichi à 5 % et éventuellement du combustible nucléaire MOX, jusqu’à 100 %.

Fiasco économique ; le coût de construction de l’EPR de Flamanville est passé de 3.3 milliards à plus de 10 milliards et enregistre un retard dans sa livraison de six années. Ce type de réacteur sensé devenir la nouvelle génération d’EDF et d’Areva aura bien des difficultés à recouvrer les investissements payés par les contribuables français.

Pour une information complète : http://sortirdunucleaire.org/fiasco-EPR

 

Le nucléaire est une impasse financière.

Afficher l'image d'origine

Les coûts incontrôlés de la construction de l’EPR de Flamanville (10 milliards d’euros), le coût annoncé de l’enfouissement des déchets radioactifs à Bure (35 milliards d’euros), les coûts annoncés de la mise en conformité de nos vieilles centrales nucléaires…interrogent sur le maintien du paradigme nucléaire instauré dès la fin des années 60.

Depuis le modèle de service public de l’énergie issu de la Libération, l’Etat s’est conforté aux règles de concurrence et d’ouverture du marché Européen de l’énergie. La libéralisation du marché de l’énergie, supposée améliorer la compétitivité par une plus forte concurrence n’a pas tenu ses promesses libérales loin s’en faut.

Pour que l’ouverture d’un marché puisse infléchir les tarifs, il est nécessaire que le nouvel offreur soit en capacité financière d’y pénétrer et d’y trouver des perspectives de rentabilité financière à un terme acceptable au regard du montant des sommes investies. Hors pour le marché de l’énergie, le ticket d’entrée est très élevé. Ainsi les opérateurs ont donc intérêt à s’entendre sur les tarifs. Conséquence ; les consommateurs se retrouvent donc face à un prix de l’énergie plus élevé (+33 %).

La pente des coûts du nucléaire est croissantes ; les installations vieillissent et nécessitent des investissements de plus en plus forts pour maintenir leur fonctionnement. On parle de plusieurs millions d’euros pas réacteur, hors la France compte 58 ! Nous sommes face à un mur d’investissement auquel aucun opérateur énergétique ne peut faire face.

Les coûts de maintien en activité des centrales nucléaires, les investissements non rentables dans de nouvelles installations, le coût croissant de cette énergie pour les consommateurs font que le nucléaire est une impasse. Impasse pour la sécurité des citoyens en raison de sa dangerosité et des déchets radioactifs, mais également sur sa viabilité financière.