Tag Archives: Macron

Paris, le 10 decembre 2016. Emmanuel Macron, pendant son discours. Parc des expositions, meeting de lancement de campagne d'Emmanuel Macron, fondateur du mouvement En Marche ! et candidat a l'election presidentielle de 2017.
 *** Local Caption *** 
Macron politique presidentielle 2017 candidat meeting campagne En Marche

La démocratie du plus rien à foutre ?

Poussée par la force prescriptives des sondages un partie des électeurs-trices a fait le choix de voter pour Emmanuel Macron. Un bulletin de vote light et supposé sans conséquences pour dégommer François Fillon et éviter le face à face mortifère que pouvait représenter un deuxième tour Le Pen Vs Fillon. Pour le coup l’opération est réussie. Ouf l’indélicat de la Sarthe vient de retrouver ses chers pulls en cachemire. Le souci c’est que maintenant que le fameux vote utile à permis l’éviction de Fillon, il faudrait encore l’utiliser pour dégager Le Pen. Ça commence à faire beaucoup, non ?

La gauche, la vraie dont je parle, pas celle de Valls et de ses amis qui nous a foutu dans cette merde s’est pris les pieds dans le tapis. Jean Luc Mélenchon qui a réussi au son du canon à mobilisé une sacrée bande d’insoumis-ses s’en est pour partie retrouver prisonnier. A tisonner on finit par être soutenu par les plus radicaux, ces derniers ont fini d’effrayer bien des électeurs modérés. Ses sorties sur l’Europe ont fait fuir nombre d’écologistes prêts à voter pour lui. Il s’en suffisait de peu, chapeau quand même à cet artiste de la politique qui a souvent porté le débat assez haut.

Le pauvre Benoît, homme sympathique mais sans doute dépassé par sa propre audace des primaires n’a jamais réussi à habiter la fonction présidentielle. Le souffle court, poignardé pas ses amis-es a fini par chuter, le vote utile à gauche profitant à fonds dans les derniers jours à Mélenchon. Sans doute aurait-il dû depuis longtemps se détacher du vieux Parti socialiste et crée lui aussi son propre parti. Manque d’audace, souci de préserver le parti de Jaurès ? S’il est sincère, ce que je crois, un avenir possible avec le mouvement écologiste serait à envisager. Mais c’est vrai que nous les écolos on n’est pas non plus des cadeaux politiques, convenons-en. A suivre donc.

Donc nous voilà face au choix du deuxième tour. Voter Le Pen ? Evidemment non. Voter Macron ? Evidemment….Euh… Pas si simple visiblement pour beaucoup. J’ai déjà lu mille fois depuis ce matin « qu’il fallait empêcher le fascisme d’accéder au pouvoir », et bla-bla-bla, les propos pontifiants qu’on entend depuis des années et qui ne veulent plus rien dire pour bon nombre d’électeurs-trices. Le politiquement correct même lorsqu’il énonce des vérités, ça peut aussi faire gerber à force. Ben oui voter Macron c’est poursuivre le programme nucléaire, c’est détricoter le droit du travail, c’est valider l’influence des lobbies, ça donne pas envie.

NON je n’ai pas envie de voir Le Pen faire un score,  NON je n’ai pas envie de voir Macron à nouveau les bras en croix se prendre pour le Christ de la politique française,  flanqué de ses apôtres de l’opportunisme. Le vote Blanc ? C’est ne plus se sentir concerné et laissé les autres choisir. Sans doute confortable pour critiquer par la suite les premières mesures du futur gouvernement, question conscience c’est un peu moyen. Tiens si j’allais à la pêche ? Curiosité du calendrier le 7 mai c’est mon anniversaire…Je pourrais oublier d’aller voter, hein ? Ça tourne dans ma tête, si j’avais pu être Belge j’aurais regardé cette élection plus sereinement. Mon vote du 7 mai je crois bien que je l’ai en tête, Macron gagnera sans doute, pas certain que la démocratie s’en porte mieux.

Le doudou des patrons ministre

Source : le lab Europe 1

Le doudou des patrons, oui c’est ainsi qu’est nommé le nouveau ministre de l’économie, M. Macron. Déjà cette nomination fait beaucoup de bruit à gauche, on peut comprendre pour qui se souvient du discours de François Hollande : « mon ennemi c’est la finance.. ».

Au delà de la personne d’Emmanuel Macron, c’est la politique de l’offre qui est affirmée par le Premier ministre et le Président. Sans faire un cours d’économie, mon modeste billet se veut un peu pédagogique.

La fausse bonne idée de la politique de la demande. Demandée par les contestataires de gauche à la politique du gouvernement, favoriser la demande c’est donner du pouvoir d’achat principalement aux ménages. Malheureusement les ménages lorsqu’ils retrouvent des marges de manœuvre financières se tournent vers les produits fabriqués hors de France (matériels informatiques, voitures allemandes, vêtements…) ou pour les plus aisés investissement dans l’immobilier en Espagne ou en Floride !..ainsi notre pays favorise surtout la croissance des autres pays et au passage déséquilibre encore un peu plus notre balance du commerce extérieur. Actuellement notre offre n’est pas capable de répondre à la demande des consommateurs.

Une politique de l’offre dictée par le MEDEF. Voulant sans doute donner des signes forts au patronat, notre gouvernement de gauche et après avoir fait du stop and go, c’est à dire souffler le froid et le chaud sur les chefs d’entreprises a décidé de se racheter en ne faisant que des cadeaux ! Pierre Gattaz boit du petit lait…il veut, il a. Il est certain que la valeur ajoutée sur les produits industriels est particulièrement faible, et  que nos entreprises exportatrices qui n’ont aucune marges de manœuvre commerciales souffrent sur les marchés extérieurs. Malheureusement le pacte de responsabilité ne trie pas les entreprises, ainsi les banques, les grands groupes de la distribution pour ne citer que les plus gênants bénéficient de baisses importantes de charges sur les salaires, c’est dévastateur.  Plutôt que de faire de la dentelle en soutenant les entreprises qui investissent en France, on arrose toutes les entreprises. Les effets d’aubaines sont importants sans aucune contrepartie. On comprend que ce choix économique soit critiqué par la gauche.

Source : actu-environnement.com

La solutions d’une croissance verte. Face à la difficulté du choix de l’offre ou de la demande, une croissance verte apparaît comme la solution incontournable. Plutôt que de chercher à avoir plus de revenus, on pourrait imaginer à terme une diminution des dépenses. Il serait temps que l’Etat encadre les grands choix économiques de la France ; construire un grand plan de transition énergétique, ambitieux et global :

– Favoriser l’investissement dans la recherche et le développement des solutions économisant l’énergie, favoriser les secteurs industriels qui en France pourront mettre en œuvre le fruit de ces recherches, et orientons la fiscalité pour soutenir ce développement…

– Faire clairement le choix d’un mode de transport écologique. Arrêtons de soutenir l’industrie automobile et particulièrement l’industrie du diesel, changeons de modèle industriel et de mode de déplacement…

– Soutenons les solutions alternatives économiques qui ne relèvent pas du principe de concurrence et du marketing mais de la solidarité et du partage….

Heureusement qu’aucun écologiste n’est entré dans ce gouvernement, malgré les tentations…Ce gouvernement ne semble pas vraiment s’orienter vers une transition écologiste et il y a peu à espérer de ce côté là.