Tag Archives: écologie

Tout est là, il ne manque plus que nous…

radicalite

La financiarisation de l’économie, l’influence de puissants lobbies internationaux, le terrorisme… sont très préoccupants pour nos démocraties. Le souhait des Hommes est de vivre dans un monde sécurisé par une paix durable, un environnement préservé, une constante amélioration des droits. Cette aspiration est menacée par la montée des égoïsmes qui finit par nous mettre dans l’incapacité de faire ensemble maison commune. Face à ces menaces l’écologie est la seule solution.

Alors que notre approche écologiste devrait naturellement s’imposer, nos résultats électoraux oscillent entre moins de 5 % des voix, parfois proche de 20 % dans des circonstances très favorables.  Pour faire simple, nous sommes satisfaits au-delà de 10 % !  Souvent empêtré dans des querelles internes, nouant des alliances politiques variables, parfois au détriment de nos convictions profondes, EELV a fini par apparaître non seulement un parti comme les autres, mais un parti pire que les autres aux yeux des électeurs.

De ce constat, j’ai choisi de m’engager en signant pour la motion  ‘’Écologie en Commun“ afin que notre mouvement gagne en crédibilité et atteigne désormais la maturité politique que les Français-es exigent de nous.

Nous voulons porter une réflexion sur les erreurs successives qui ont conduit à la désespérance de bon nombre de militants afin d’éviter de les reproduire. Il nous apparaît urgent de modifier notre fonctionnement interne pour permettre une plus grande prise en compte démocratique des attentes des adhérents-es.

Des citoyens sont en mouvement ; Alternatiba, récemment Nuit Debout… Ces mobilisations sont des marqueurs des évolutions sociétales avec lesquelles nous devons être en capacité d’être un parti interlocuteur. Pour cela, nous ne souhaitons pas enfermer EELV dans une famille environnementaliste qui serait forcément étriquée. Au contraire, nous voulons mettre EELV en situation de dialogue productif avec les mouvements issus de la société.

Nous voulons redevenir crédibles, pour cela nous ne devons plus à l’occasion d’élections, négocier les aspects majeurs de notre programme pour des participations à des exécutifs où in fine un pragmatisme de façade finit par dissimuler un renoncement quotidien. Notre motion se veut ambitieuse pour notre mouvement. Nous voulons construire avec les citoyens investis dans le monde associatif et syndical, des plateformes électorales fortes avec des partenaires fiables.

Il est temps pour nous de mettre la radicalité de l’idéal écologiste au service de notre société. Les problèmes liés à tous les dérèglements sont présents et entrainent déjà des conséquences dramatiques que nous constatons chaque jour. L’écologie est indispensable à leur résolution. A nous de démontrer notre capacité d’être les acteurs du changement.

Dès maintenant mettons l’Écologie en commun.

Sénatoriales, avec Raymonde PONCET, la surprise peut venir de la Croix Rousse.

Source ; Le Progrès

Ceux qui se souviennent de l’émoi à la mairie du 4ème arrondissement provoqué par Raymonde PONCET EELV lorsqu’elle a battu dans un duel mémorable de second tours le maire de l’arrondissement M. Dominique BOLLIET,  lors des dernières élections cantonales, se disent qu’avec cette candidate, la surprise peut encore venir de la Croix Rousse.

Ses adversaires la redoutent,

ses électeurs la chouchoutent !

et oui notre conseillère générale ne manque pas de qualités en effet : véritable militante de terrain, elle fait campagne sans relâche, et ne compte pas sa peine pour convaincre les électeurs. Souvent sur le marché boulevard de la Croix Rousse ou sur le boulevard des canuts, elle est là. Elle connaît la vie des gens, elle les aime, et ça ce n’est pas rien ! Si son rôle n’était que de convaincre, sa mission d’élue serait incomplète, c’est aussi une femme de dossier. Les dossiers du Rhône elle les connaît et c’est une élue qui sait se faire comprendre.

Le programme de la liste EELV pour le sénat :

1. combattre la baisse des dotations aux collectivités locales
2. défendre l’égalité des territoires
3. promouvoir des équipements de proximité utiles et durables
4. soutenir la conversion écologique de l’économie
5. rester fidèle aux principes de solidarité, d’équité, de partage des richesses et des ressources.

Raymonde PONCET mène donc la liste écologiste aux élections sénatoriales du 28 septembre, c’est un bon choix. Elle peut faire bouger les lignes ; les grands électeurs de gauche auront-ils envie de soutenir la candidature de Gérard COLLOMB le cumulard de la République qui ne ménage pas son soutien à la politique du Gouvernement ? Les grands électeurs des petites communes souhaiteront-ils apporter leurs voix à ceux qui construisant la métropole les renvoient dans un département croupion de 300 000 habitants ? et même les grands électeurs de droite cautionneront-ils tous comme un seul homme la liste UMP alors même qu’elle a été publiquement contestée par les caciques de l’UMP ?

Et s’ils avaient envie de faire un pied de nez aux représentants de la profession, les éternels candidats à tous les postes et marquer un soutien à la seule femme tête de liste du département, une femme engagée auprès de tous et debout dans ses convictions ?

Les Croix Roussiens le savent, le vent du changement à Lyon part du gros caillou !

9 mai, fête de l’Europe, faisons de l’Europe !

Dans le climat très morose de notre pays, cette exclamation s’apparente à une provocation. En France, l’Europe et plus encore ses institutions et ceux qui les représentent sont rejetés. L’Europe ne fait visiblement plus rêvée. Les économies de beaucoup de pays européens sont en mauvais état, on constate un repli populiste important, repli souvent nationaliste, mais pas seulement. A l’approche des élections les sondages sonnent comme une alerte et devraient nous faire réfléchir.

La construction européenne s’est faite initialement sur la mise en commun de ressources qui permettaient de construire des armements, mesure source de paix et d’espoir à la sortie d’un conflit européen devenu mondial. D’autres biens ont été mis en commun ; l’agriculture avec la Politique Agricole Commune, puis plus dernièrement la monnaie avec la création de l’Euro. Elle s’est faite aussi par des réformes importantes ; la suppression des frontières à l’intérieur de l’espace européen, l’harmonisation des diplômes européens, et les possibilités d’étudier dans un autre pays européens est également une source d’intégration…etc. L’Europe se construisait autour de mises en commun importantes. Nous étions alors dans un modèle d’intégration, un modèle européen avec à sa tête le puissant moteur de l’amitié franco-allemande.

Malheureusement au fur et à mesure de sa construction, notre structure politique européenne s’est faite de moins en moins avec les citoyens. Tout semble se décider dans un cercle d’initiés et tout semble priver les citoyens de l’Union de choisir son modèle, quand une majorité d’électeurs français s’exprime lors d’un référendum, on contourne le résultat pour qu’in fine, le traité soit mis en œuvre. La crise économique que nous rencontrons entraine un repli des économies nationales sur elles-mêmes, on regrette le dumping fiscal, on déplore l’existence de paradis fiscaux au cœur de notre Union, on se désespère de la concurrence entre travailleurs par des mesures libérales et socialement insuffisantes…etc. Le modèle européen est devenu un modèle libéral de concurrence.

Si je regrette cette méfiance, devenue une défiance chez de nombreux électeurs français, je peux aussi l’expliquer ;

  • L’absence de vision politique européenne chez les dirigeants français et allemands, l’inexistence politique de Manuel Barroso à la tête de la Commission, homme lige des politiques libérales en est la raison principale.
  • L’Europe s’est de plus en plus construite par le haut ; les élites européennes pour les élites de chaque pays, en oubliant que la majorité des européens n’est pas à bac + 5.
  • La non évolution de politiques constitutives de l’Union ; la PAC qui mériterait d’être réformée vers une agriculture moins productiviste et plus qualitative…

Si on veut que le 9 mai résonne à nouveau comme l’hymne d’une construction humaine au service de l’amitié, de la prospérité et de la paix, il est nécessaire de retrouver une vraie vision de l’Europe, un modèle d’intégration :

  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence sociale ;
  • un modèle économique basé sur le qualitatif et la proximité par des investissements forts dans les industries vertes et créatrices d’emplois ;
  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence social ;

Alors le 9 mai, prenons le chemin des bureaux de vote, choisissons un modèle européen qui défend l’intérêt général et la solidarité.