Tag Archives: démocratie

Paris, le 10 decembre 2016. Emmanuel Macron, pendant son discours. Parc des expositions, meeting de lancement de campagne d'Emmanuel Macron, fondateur du mouvement En Marche ! et candidat a l'election presidentielle de 2017.
 *** Local Caption *** 
Macron politique presidentielle 2017 candidat meeting campagne En Marche

La démocratie du plus rien à foutre ?

Poussée par la force prescriptives des sondages un partie des électeurs-trices a fait le choix de voter pour Emmanuel Macron. Un bulletin de vote light et supposé sans conséquences pour dégommer François Fillon et éviter le face à face mortifère que pouvait représenter un deuxième tour Le Pen Vs Fillon. Pour le coup l’opération est réussie. Ouf l’indélicat de la Sarthe vient de retrouver ses chers pulls en cachemire. Le souci c’est que maintenant que le fameux vote utile à permis l’éviction de Fillon, il faudrait encore l’utiliser pour dégager Le Pen. Ça commence à faire beaucoup, non ?

La gauche, la vraie dont je parle, pas celle de Valls et de ses amis qui nous a foutu dans cette merde s’est pris les pieds dans le tapis. Jean Luc Mélenchon qui a réussi au son du canon à mobilier une sacrée bande d’insoumis-ses s’en est pour partie retrouver prisonnier. A tisonner on finit par être soutenu par les plus radicaux, ces derniers ont fini d’effrayer bien des électeurs modérés. Ses sorties sur l’Europe ont fait fuir nombre d’écologistes prêts à voter pour lui. Il s’en suffisait de peu, chapeau quand même à cet artiste de la politique qui a souvent porté le débat assez haut.

Le pauvre Benoît, homme sympathique mais sans doute dépassé par sa propre audace des primaires n’a jamais réussi à habiter la fonction présidentielle. Le souffle court, poignardé pas ses amis-es a fini par chuter, le vote utile à gauche profitant à fonds dans les derniers jours à Mélenchon. Sans doute aurait-il dû depuis longtemps se détacher du vieux Parti socialiste et crée lui aussi son propre parti. Manque d’audace, souci de préserver le parti de Jaurès ? S’il est sincère, ce que je crois, un avenir possible avec le mouvement écologiste serait à envisager. Mais c’est vrai que nous les écolos on n’est pas non plus des cadeaux politiques, convenons-en. A suivre donc.

Donc nous voilà face au choix du deuxième tour. Voter Le Pen ? Evidemment non. Voter Macron ? Evidemment….Euh… Pas si simple visiblement pour beaucoup. J’ai déjà lu mille fois depuis ce matin « qu’il fallait empêcher le fascisme d’accéder au pouvoir », et bla-bla-bla, les propos pontifiants qu’on entend depuis des années et qui ne veulent plus rien dire pour bon nombre d’électeurs-trices. Le politiquement correct même lorsqu’il énonce des vérités, ça peut aussi faire gerber à force. Ben oui voter Macron c’est poursuivre le programme nucléaire, c’est détricoter le droit du travail, c’est valider l’influence des lobbies, ça donne pas envie.

NON je n’ai pas envie de voir Le Pen faire un score,  NON je n’ai pas envie de voir Macron à nouveau les bras en croix se prendre pour le Christ de la politique française,  flanqué de ses apôtres de l’opportunisme. Le vote Blanc ? C’est ne plus se sentir concerné et laissé les autres choisir. Sans doute confortable pour critiquer par la suite les premières mesures du futur gouvernement, question conscience c’est un peu moyen. Tiens si j’allais à la pêche ? Curiosité du calendrier le 7 mai c’est mon anniversaire…Je pourrais oublier d’aller voter, hein ? Ça tourne dans ma tête, si j’avais pu être Belge j’aurais regardé cette élection plus sereinement. Mon vote du 7 mai je crois bien que je l’ai en tête, Macron gagnera sans doute, pas certain que la démocratie s’en porte mieux.

9 mai, fête de l’Europe, faisons de l’Europe !

Dans le climat très morose de notre pays, cette exclamation s’apparente à une provocation. En France, l’Europe et plus encore ses institutions et ceux qui les représentent sont rejetés. L’Europe ne fait visiblement plus rêvée. Les économies de beaucoup de pays européens sont en mauvais état, on constate un repli populiste important, repli souvent nationaliste, mais pas seulement. A l’approche des élections les sondages sonnent comme une alerte et devraient nous faire réfléchir.

La construction européenne s’est faite initialement sur la mise en commun de ressources qui permettaient de construire des armements, mesure source de paix et d’espoir à la sortie d’un conflit européen devenu mondial. D’autres biens ont été mis en commun ; l’agriculture avec la Politique Agricole Commune, puis plus dernièrement la monnaie avec la création de l’Euro. Elle s’est faite aussi par des réformes importantes ; la suppression des frontières à l’intérieur de l’espace européen, l’harmonisation des diplômes européens, et les possibilités d’étudier dans un autre pays européens est également une source d’intégration…etc. L’Europe se construisait autour de mises en commun importantes. Nous étions alors dans un modèle d’intégration, un modèle européen avec à sa tête le puissant moteur de l’amitié franco-allemande.

Malheureusement au fur et à mesure de sa construction, notre structure politique européenne s’est faite de moins en moins avec les citoyens. Tout semble se décider dans un cercle d’initiés et tout semble priver les citoyens de l’Union de choisir son modèle, quand une majorité d’électeurs français s’exprime lors d’un référendum, on contourne le résultat pour qu’in fine, le traité soit mis en œuvre. La crise économique que nous rencontrons entraine un repli des économies nationales sur elles-mêmes, on regrette le dumping fiscal, on déplore l’existence de paradis fiscaux au cœur de notre Union, on se désespère de la concurrence entre travailleurs par des mesures libérales et socialement insuffisantes…etc. Le modèle européen est devenu un modèle libéral de concurrence.

Si je regrette cette méfiance, devenue une défiance chez de nombreux électeurs français, je peux aussi l’expliquer ;

  • L’absence de vision politique européenne chez les dirigeants français et allemands, l’inexistence politique de Manuel Barroso à la tête de la Commission, homme lige des politiques libérales en est la raison principale.
  • L’Europe s’est de plus en plus construite par le haut ; les élites européennes pour les élites de chaque pays, en oubliant que la majorité des européens n’est pas à bac + 5.
  • La non évolution de politiques constitutives de l’Union ; la PAC qui mériterait d’être réformée vers une agriculture moins productiviste et plus qualitative…

Si on veut que le 9 mai résonne à nouveau comme l’hymne d’une construction humaine au service de l’amitié, de la prospérité et de la paix, il est nécessaire de retrouver une vraie vision de l’Europe, un modèle d’intégration :

  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence sociale ;
  • un modèle économique basé sur le qualitatif et la proximité par des investissements forts dans les industries vertes et créatrices d’emplois ;
  • par une transition forte vers la diminution de nos consommations d’énergie ; rénovation des logements, renforcement des transports collectifs…
  • la suppression des paradis fiscaux en Europe, un modèle de non concurrence fiscal, un modèle de convergence social ;

Alors le 9 mai, prenons le chemin des bureaux de vote, choisissons un modèle européen qui défend l’intérêt général et la solidarité.