Tag Archives: déclaration de patrimoine des élus

Déclaration de revenus des parlementaires…encore un effort !

L’exercice de transparence petit à petit prend forme, les parlementaires lèvent le voile sur leurs revenus et sur les noms de leurs collaborateurs. Si pour un nombre assez important de ces parlementaires, il n’y a pas grand-chose à dire, il reste toutefois chez environ 10 % d’entre eux des pratiques pour le moins discutables, parfois emblématiques de comportements que je considère déviant dans une démocratie.

Des parlementaires qui ont du temps libre pour cumuler et pour se consacrer à une multitude d’autres activités. Incroyable la capacité de travail de certains ! les cumulards comme notre Gérard COLLOMB qui collectionnent en plus de ses deux mandats de sénateur, de maire de la troisième ville de France et président d’une communauté de communes, d’une ribambelle de mandats : Fondation Jean Jaurès, Association des maires des grandes villes et des communautés urbaines, Lyon Parc Auto, SEM patrimoniale du Grand Lyon, présidence du conseil de surveillance des Hospices Civils de Lyon, SPL gestion des espaces publics Rhône-Amont, SAIEM, SERL, SPL Lyon Confluence ! Un record national pour un homme bientôt septuagénaire, aurait-il trouvé la cure de jouvence ou la montre de 48 heures par jours ?

La surreprésentation des avocats en activité. Avec un accès facilité par équivalence de diplôme, nombre d’énarques entre autres accèdent à cette profession. Activité fortement rémunératrice, qui permet d’optimiser son carnet d’adresse et de tisser un maillage relationnel très profitable. De cette activité au conflit d’intérêt le fossé est étroit. Le très fumeux Jean François COPE, sociologue du pain au chocolat, et de la théorie du « je ne vois pas au nom de quoi on ne pourrait pas » se permet d’enregistrer 350 000 euros en 2011 au titre de son métier d’avocat, qu’il exerce en plus de ses activités de parlementaire, de maire de Maux, et jusqu’à peu de président de l’UMP ! N’est-il pas formidable notre COPE ? Dommage qu’on ne puisse pas connaître le nom de ses clients…

Les éminents conseillers en communication. Alternative au métier d’avocat, celui de conseillers à la cote. Peu de frais d’installation, quelques conseils par ci et pas là et hop le tour est joué, certains empochent de quoi finir leur mois confortablement. Là aussi on ne connait pas leurs généreux clients et le conflit d’intérêt est un risque important.
La PME familiale à la cote chez les parlementaires ! Rien ne remplace le bon vieux travail en famille…femme, enfants, neveux et nièces permettent à des élus d’effectuer leur travail de parlementaire. Rien d’illégale à condition que la rémunération corresponde à un travail effectué, et là aussi l’exercice de transparence à de sérieuses limites.

Les collaborateurs sont des élus. Parmi les déclarations on trouve la présence de collaborateurs de parlementaires également élus eux-mêmes. Pourquoi pas mais quelle liberté d’expression peut avoir un élu qui par ailleurs est dépendant financièrement d’un parlementaire ? Poser la question c’est déjà répondre…

Si on ne veut pas que la transparence soit juste un exercice de voyeurisme, il faut tirer les conséquences de pratiques qui peuvent apparaîtrent pour le moins douteuses à l’égard de la démocratie ; quelques propositions :
– en finir avec le cumul de mandats ! Être parlementaire est un travail à plein temps ;
– interdire la pratique d’une activité professionnelle annexe au delà du revenu perçu équivalent au montant des indemnités de député ou de sénateur ;
– mieux contrôler l’activité des assistants parlementaires pour éviter les postes de complaisance ;
– interdire le cumul de fonction d’élu avec celui d’assistant parlementaire

Allez encore un effort pour faire respirer un air plus sain sur notre démocratie.