Tag Archives: bluely

BLUELY, une solution écologique ?

Les élus de Lyon s’enorgueillissent de l’arrivée de BLUELY du groupe Bolloré, et présentent cette solution comme la solution écologique qui résoudra les rejets de CO². D’après Gilles VESCO vice président du Grand Lyon chargé des nouvelles mobilité, ce système rencontre l’adhésion des lyonnais http://www.lyonmag.com/article/podcast_dl/jazz-lyonmag-14100-vesco.mp3.) On connaît la volonté des élus de la majorité lyonnais de faire « une écologie joyeuse » vs ce qui serait une écologie punitive…alors qu’en est-il vraiment du point de vue de l’écologie.

BLUELY, fonctionnerait avec une énergie non nucléaire ?

Avancer cet argument, c’est prendre un risque avec la vérité…Si BLUELY fonctionne avec une énergie issue de la Compagnie Nationale du Rhône, donc une énergie hydraulique, on peut quand même dire que cette énergie utilisée pour BLUELY ne le sera plus pour d’autres besoins qui eux seront alors satisfaits par le nucléaire. L’effet vase communicant va fonctionner. BLUELY consomme de l’énergie et ç’est déjà un premier pas vers un aspect non écologique de ce système. Les constructeurs automobiles qui avançaient que leur véhicules électriques étaient écologiquement responsables se sont vus condamnés pour publicité mensongère par les tribunaux.

BLUELY, 100 % écologique ?

Une voiture peut-elle être 100 % écologique ? non bien entendu. Là encore il y a un abus de langage. La voiture est composée d’un ensemble de matériaux qui entrent dans sa réalisation qui ne sont pas écologiques. La composition des batterie, les composants électroniques, les pneus, les garnitures…etc. ne sont pas écologiques. Quand bien même on arriverait à obtenir des matériaux écologiques, ce qui est loin d’être le cas à 100 % il resterait à vérifier les conditions sociales de production, les modes de transport pour acheminer les matériaux puis les assembler. L’écologie ce n’est pas que le produit fini, ce sont également les conditions et les externalités négatives de la fabrication des produits.

voiture electrique consommation

source : http://challengesautomobile.com

Alors BLUELY, rien d’écolo ?

Si quand même ! après toutes les réserves émises précédemment, on peut quand même reconnaître une légère démarche écologiste :

– l’abandon de la voiture personnelle ; Bluely peut faire renoncer à l’achat d’un véhicule personnel pour les hyper citadins. La station la plus utilisée est celle de la place Tolozan en bas des pentes, ce qui démontre que Bluely répond à une problématique de centre ville. Libérer la ville de voitures individuelles peut utilisées, souvent vieillissantes va donc dans le bons sens.

– la notion de partage est mise en avant, et cette approche du partage bien relayée au niveau de la communication, s’apparente tout de même à une approche écologique du partage des ressources et des richesses.

Une ville plus écologique, ce ne serait pas Bluely de partout. Ce serait une ville moins étalée qui limiterait de fait les déplacements. Ces déplacements se feraient à pieds, en vélos, voir en transports collectifs, la voiture n’aurait que peu de sens dans une ville 100 % écologiste. Toutefois ce système peut montrer des aspects tendant dans la bonne direction grâce au renoncement à la voiture individuelle qu’il présente, c’est déjà pas mal. Il n’est pas cependant LA solution d’avenir, il s’inscrit seulement pour une petite partie dans un mix de transports à construire de manière plus active et plus forte pour faire que nos villes deviennent plus agréables et pour participer à la limitation des gaz à effet de serre.

l