Category Archives: solidarité

Merkel un rempart contre les barbaries.

Afficher l'image d'origine

source : Le Monde

Triste dimanche électoral pour Angéla Merkel qui vient de subir de la part des électeurs de sa région un camouflet démocratique. Ces derniers se sont exprimés fortement pour le parti d’extrême droite de l’AfD. Triste et totalement injuste. Une partie des électeurs Allemands troublée par l’arrivée des migrants n’a pas compris les positions de la Chancelière et lui fait payer le prix de ses choix humanistes, mais pas que. Debout et droite dans ses valeurs humanistes, Mme Merkel a affirmé son opposition à mener une politique de rejet. Plus encore elle considère justement que ce n’est pas en tenant le discours des partis xénophobes qu’on contient leur monté. Une position que le parti Les Républicains en France devrait entendre.

Nous sommes 500 millions d’Européens. Accueillir un million de réfugiés menacerait donc nos équilibres démocratiques, sociaux, économiques ? Comment nous offusquer des attentats commis par Daesh et rejeter ceux qui fuient au péril de leur vie une politique de mort en Syrie ? Comment rejeter cette montée de l’islamisme radical en France au nom de l’esprit des Lumières et en même temps craindre d’ouvrir nos démocraties à ceux qui rejettent ce même obscurantisme ?

Les électeurs Allemands comme hélas probablement les électeurs Français dans quelques mois apeurés par une situation d’immigration semblent vouloir confier leur destin à l’extrême droite. Pourtant ces réfugiés à bien les regarder nous ressemblent. Souvent de classe moyenne, éduqués, aspirants à une démocratie à l’occidentale, ils sont nos meilleurs alliés au sein de l’Europe contre ceux qui sont tentés par la radicalisation islamique. Mme Merkel dans une vision humaniste mais aussi démocratique et de paix a compris avant bien d’autres que l’accueil de ces réfugiés était un geste fort qui ferait écho chez nos partenaires des pays arabes, ce geste est un signe vers l’intégration des musulmans dans nos vieilles démocraties marquées à la fois le message chrétien de l’autre et l’esprit des Lumières. Intégration que rejettent à la fois les islamistes radicaux et l’extrême droite.

Si on croit que c’est Mme Merkel qui dimanche a pris une leçon, on se trompe. Elle a été injustement sanctionnée pour une politique qui pourtant représente le meilleur rempart contre les barbaries.

Nice ; changeons enfin le logiciel !

Ce terrible acte à Nice, après maintenant une liste trop longue d’attentats prémédités et commandités, vient nous bouleverser. Hagards nous sommes par le nombre de morts et blessés, hagards nous sommes par le nombre d’enfants, hagards comme des humains devant l’inexplicable, la perte de la raison.

Afficher l'image d'origine

Le fait que ce soit à Nice qu’ait eu lieu cet acte fou ne fait que davantage attiser des antagonismes politiques ; un Gouvernement à bout de souffle où la cacophonie fait règle, un Président de la République visiblement débordé par la succession et l’intensité d’évènements, la droite pan bagnat relayée dans ses délires sécuritaires par une partie des caciques conservateurs…révélation d’une classe politique totalement dépassée par un logiciel visiblement obsolète.

Conséquences de ces actes barbares, nous comptons plus de deux cents morts sur en France métropolitaine à ce jour, en avons-nous pleinement conscience ? Jusqu’à ce jour on ne constate que surenchères et inefficacités. Surenchères destinées à exciter les peurs et les rejets. Des soupçons assumés portés sur la population magrébine à la volonté d’armer la police de lance-roquettes, on se demande à ce rythme combien de kilomètres de barbelés il faudra installer pour nous protéger. Inefficacité de dispositifs militaro-policiers dans les villes ; le dispositif sentinelle qui comprend dix milles militaires en armes occupés à constituer un semblant de sécurité, sachant que ces forces ne peuvent utiliser leur armes. Des forces de police épuisées par un maintien de l’ordre depuis plusieurs mois, des forces armées dont l’efficience est poussée jusqu’au point de rupture…et maintenant le Chef de l’Etat engage la réserve citoyenne…bientôt les scouts de France ?

Les Français doivent exiger un personnel politique à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés. De vérité il s’agit. Exigeons l’arrêt de ces mesures de communication politique.

Informer et former les citoyens aux comportements de vigilance.

– Informer et former les citoyens aux comportements de vigilance. Les Français soucieux de ne pas baisser la tête veulent continuer à vivre tel qu’ils le souhaitent ; bel acte de résistance qui nécessite toutefois la conscience du danger et des bons comportements à avoir dans les lieux publics. Il ne s’agit pas de transformer le citoyen en flic mais de de le rendre acteur pour partie de sa sécurité et de celles des autres.

Remettons la police en civile

– Remettons la police en civile ; le renseignement, la pénétration des réseaux, un maillage d’informateurs dans les banlieues donneront plus de sécurité que le déploiement de militaires. Ce n’est pas un binôme de deux gamins en treillis qui empêchera un furieux d’agir. Les politiques ont trop voulu satisfaire à la communication ; déployer du kaki veut donner le sentiment de la prise en main de la situation, mais ne règle en rien les causes du mal.

Hissons-nous à la hauteur de l’histoire ; loin des surenchère et des angélismes, c’est de calme et de détermination dont nous avons besoins.

 

Ville 30km/heure, ville pour tous-tes.

Dans plusieurs villes de France, dont dernièrement Grenoble, la vitesse maximale autorisée passe de 50km/h à 30km/h. Cette mesure va dans le sens de l’amélioration de la qualité de l’air mais plus largement dans le sens d’une ville plus apaisée.

Afficher l'image d'origine

Toutefois cette annonce de baisse de la vitesse est à pondérer. En effet 50km/heure est la vitesse maximale autorisée, la réalité de la vitesse moyenne en ville est plus proche de 20km/h. La baisse de la vitesse maximale autorisée entraine donc en réalité une baisse de 10 points de la vitesse moyenne.

Pour autant cette baisse de la vitesse moyenne a de nombreux effets positifs pour la vie en ville :

Afficher l'image d'origine

Inverser la hiérarchie des utilisateurs de la chaussée.

On le sait la voiture est un outil de domination. De nombreuses études sociologiques ont démontré à quel point l’Homme et plus souvent l’homme affirmait sa position de domination dès lors qu’il est au volant. Abaisser la vitesse en ville, c’est diminuer sa supériorité de vitesse de déplacement et c’est donner aux modes doux toute sa place et son rôle pacificateur de l’espace urbain.

Sécurité et confort de ville.

– une baisse du nombre d’accidents entre véhicules et piétons ou cyclistes, des accidents moins mortels puisque la mortalité passe de 90 % à 50 % lors de collisions.

– des déplacements en vélos et à pieds par conséquent plus sécurisés par la diminution du différentiel de vitesse entre les véhicules, les cyclistes et les piétons.

– un niveau sonore bien plus faible qui permet un confort de vie supérieur.

Diminution de la pollution atmosphérique et mesure sociale.

Afficher l'image d'origine

Des études récentes effectuées sur Paris intramuros ont démontré que si la pollution était sensiblement la même sur la globalité de la capitale, ses conséquences étaient bien plus marquées dans la population la plus pauvre du 19ème arrondissement que dans celle bien plus aisée du 7ème. Pourquoi ? Les classes sociales aisées ont de multiples occasions de s’extraire de cette pollution : week-end à la campagne, vacances régulières…toutes occasions que ne peuvent pas avoir les plus pauvres forcément confinés dans cette pollution. En diminuant la pollution on participe à l’amélioration de la santé de tous et encore davantage de celle des plus pauvres.

Pourtant les détracteurs de la mesure avancent le fait que les véhicules fournissent un meilleur rendement moteur à 50 km/heure et que la limitation de la vitesse maximale entrainerait une consommation supérieur des voitures et donc une augmentation de la pollution…A cet argument, j’oppose comme je l’écris précédemment que la vitesse réelle n’est déjà pas celle de 50km/h. De plus cette baisse de la vitesse peut permettre la suppression de feux et panneaux stop sur des axes secondaires, ce qui permet de réguler le trafic en limitant les démarrages et freinages successifs.

Les mesures à prendre relève d’un mix conférant à la diminution de la place de la voiture en ville :

– baisse donc de la vitesse maximale autorisée à 30km/h en ville et à 50km/h sur le périphérique ;

– éradication progressive du diesel.

– lors des pics de pollution, circulation restreinte et incitation à l’usage des modes doux ;

– réservation de voies de circulation aux transports en commun et covoitureurs sur les pénétrantes ;

– mise en place d’une zone de circulation restreinte qui pourrait être élargie lors des pics de pollution.

Nul doute que les travaux actuels en matière d’impacts de la pollution liée à l’automobile sur la santé des habitants devra amener des mesures fortes. Les Plans de Protection de l’Atmosphère sont des outils administratifs (diagnostic – information – actions) que les élus municipaux doivent utiliser. Les élus-es écologistes devront là encore montrer le chemin et contribuer à faire évoluer une situation qui n’est plus acceptable au regard de la santé des populations.

Entre guerre et guerre, quel choix pour les écologistes ?

Des actes isolés et barbares commis au nom de l’Islam, des conflits civils dans au moyen orient qui font des milliers de morts parmi les civils, une intervention militaire en Ukraine non assumée par la Russie…La montée protéiforme du terrorisme dans nos sociétés occidentales bouleverse les populations civiles et interroge sur les mesures opérantes pour y faire face. Dans de nombreux conflits, on constate une disparition de l’Etat et de son rôle régalien d’assumer la sécurité du pays. Tensions communautaires, violence aux profits d’intérêts privés, destruction des Etats au profit de groupes armés…

Gavé d’images de confits notre pays comme les autres pays occidentaux est Occident tiraillé, finit par hiérarchiser les différents conflits en fonction de critères souvent émotionnels. Les Français ont massivement soutenu l’intervention militaire en Libye alors qu’ils semblent s’habituer au conflit Palestino-Israélien.

Dans ce bouleversement qui touche principalement à la sécurité des civils, quel positionnement un écologiste peut avoir ?

Traditionnellement les écologistes sont hostiles à la guerre et préconise la non-violence, l’amitié entre les peuples. L’idée de mener un conflit armé est rejetée au profit du dialogue. A l’opposé la défense des droits de l’Homme met en avant la nécessité de recourir à la force pour protéger des populations civiles. Les écologistes français ont commencé à soutenir le recours aux interventions militaires lors du conflit au Kosovo en appelant à la poursuite des bombardements et à “la mise en place d’une force de police internationale chargée d’intervenir au sol pour rétablir la paix et l’intégrité territoriale du Kosovo”. Cette prise de position fût justifiée par le refus de la lâcheté face aux violences exercées contre des civils. Lors des attentats du 11 septembre l’opposition à la guerre en Irak fut unanime. Toutefois à partir de cette date les considérations envers le recours à la force entrèrent dans une nouvelle phase. L’idée d’une guerre juste est alors apparue minimisant ainsi le concept d’un antimilitarisme idéologique au réalisme des relations internationales. Comme l’a souligné en 2011 Denis Baupin : « Quand il y a vraiment un danger pour le peuple, nous soutenons l’intervention ». Yves Cochet « Nous l’approuvons, oui. On peut être partagé, on n’aime pas la guerre, mais là, il faut intervenir, c’est une sorte de droit d’ingérence ».

La guerre civile en Syrie, le conflit israélo palestinien, la déliquescence de la sécurité des civils dans des parties de l’Afrique, la déstabilisation de l’Ukraine interroge sur le règlement efficace des conflits. Repenser les conflits, leurs résolutions et les modalités d’interventions sont donc un nouveau défi pour les écologistes. Si les buts ultimes, partagés depuis toujours par les écologistes, restent bien ceux de la paix mondiale, les débats à venir devront donc porter sur l’équilibre à retrouver entre violence et droit. Seul cet équilibre à obtenir permettra d’éviter à la fois l’anarchie internationale source de tous les terrorismes et l’isolement des opinions et de leurs gouvernements redoutant les engagements difficiles.

 

Loi Macron ; les girouettes tournent le dos aux travailleurs.

A l’occasion de la Fête du travail, je lance un appel aux électeurs, militants et élus socialistes….quel vent souffle sur le socialisme français qui fait que les girouettes s’affolent et ne savent plus dans quel sens se positionner ? La loi Macron qui vise à favoriser le travail le dimanche est l’exemple même de cette évolution libérale du PS et du Gouvernement.  Je n’ai aucun argument de plus à ajouter aux communiqués du Parti Socialiste, je les partage. Ces derniers démontrent pour ceux qui en doutaient que le Parti de  Jean Jaurès, de Léon Blum, de….,  est en plaine décadence idéologique.