Category Archives: démocratie

Itsi bitsi petit burkini…

Les attentats en France qui ont marqué cet été, auquel s’ajoute dernièrement « l’affaire du burkini » auront mis en effervescence si ce n’est beaucoup de français, la totalité de la presse et des réseaux sociaux. De bons sentiments aux prises de positions les plus radicales, la France aime à discuter jusqu’à la division. Le débat sur le burkini, version estivale du voile islamique des villes nous enflamme. Cette tenue semble cristallisée sur elle bien des maux de notre société. Tous s’entremêle, en vrac : libertés individuelles, laïcité, droit des femmes, montée de l’islamisme et islamophobie, rejet de la différence, provocations, faillite du modèle d’intégration…Dans le contexte des attentats et du dénombrement des morts, cette polémique ne pouvait que prendre de l’ampleur. Des élus d’une droite conquérante et réactionnaire mettent en place des arrêtés municipaux pour interdire le burkini sur les plages pendant qu’une partie de la gauche gênée renâcle à aborder ce sujet miné par l’ombre de l’extrême droite.

Afficher l'image d'origine

Source : Charlie Hebdo Août 2016

Les faits sont là ; une partie de nos concitoyennes musulmanes souhaitent par influence de la religion porter des tenues vestimentaires supposées conformes avec leur religion. Du simple foulard, on passe progressivement à des voiles couvrant plus largement le corps, à maintenant le port du burkini sur la plage. Alors, effet de mode ? Simple choix fait en conscience ? Provocation ? Réislamisation des musulmans-nes de France ? C’est bien sur la signification de tenues que se posent des questions. Pour ma part, je trouve que ce burkini a finalement l’intérêt de nous questionner sur ce qu’on dénomme par facilité « le modèle Républicain » et sur la place de chacun-ne dans notre démocratie. Pour avoir lu beaucoup d’articles de presse et un grand nombre de réactions sur twitter j’observe au moins un clivage fort sur la différenciation religieuse.

Afficher l'image d'origine

Source : MétroNews Août 2016

D’un côté ceux qui considèrent que tant que leur propre liberté n’est pas menacée, chacun peut faire ce qui lui plaît, vivre ses idées et sa religion comme bon lui semble. Cette approche anglo-saxonne d’un monde libéral et communautarisé semblerait d’après moi avoir plutôt la faveur des jeunes générations davantage habituées à se confronter à un monde composite. Une manière de vider la laïcité française de son contenu au nom du multiculturalisme qui prétend lutter contre l’islamophobie. Très curieux de voir certains qui s’offensent de l’approche de genre considérer qu’une femme peut naturellement se soumettre dans la mesure où c’est son choix. Certains vont jusqu’à traiter par les vocables pour le coup très confortables d’islamophobes ou de laïcards ceux qui ont une vision moins libérale de la société.

De l’autre, celles et ceux qui ont connu une époque de luttes collectives pour les droits émancipateurs des femmes, une génération marquée par la marche des Beurs pour l’égalité, par l’association Touche pas à mon pote…qui ont grandi avec des musulmans sans que ceux-là soit encore dénommer la « communauté musulmane ».

Afficher l'image d'origine

Source : Flashactus.com Août 2016

Si le burkini suscite tant de mots c’est bien que l’islamisme est à l’œuvre dans une conquête idéologique par une occupation de l’espace publique. Nous sommes dans une guerre d’usure où nous avons du mal à faire valoir notre patrimoine civilisationnel sans passer pour d’horribles post-colonialistes. L’islamisme radical cachant la réalité de la Charia joue la carte des droits de l’Homme contre une « certaine vision de la France ». Les femmes qui le portent, peut être inconsciemment pour certaines, démontrent leur non appartenance à nos valeurs d’égalité et d’émancipation. L’idée qu’une femme puisse se couvrir au prétexte qu’elle serait impure ou impudique m’insupporte totalement. S’il m’apparaît souhaitable de pouvoir vivre sa foi dans des conditions dignes, je conteste aux radicaux de considérer la culture française comme optionnelle. En tant qu’écologiste je milite pour une émancipation des hommes et des femmes contre les obscurantismes, la question du droit des femmes et de l’égalité homme femme n’est pas à relativiser.

Puisse cette polémique faire que des voix fortes françaises musulmanes puissent émerger dans le débat, pour que cette religion puisse se transposer dans notre culture et que nos concitoyens puissent retrouver l’envie de faire ensemble pays commun. Bel été au soleil.

Nice ; changeons enfin le logiciel !

Ce terrible acte à Nice, après maintenant une liste trop longue d’attentats prémédités et commandités, vient nous bouleverser. Hagards nous sommes par le nombre de morts et blessés, hagards nous sommes par le nombre d’enfants, hagards comme des humains devant l’inexplicable, la perte de la raison.

Afficher l'image d'origine

Le fait que ce soit à Nice qu’ait eu lieu cet acte fou ne fait que davantage attiser des antagonismes politiques ; un Gouvernement à bout de souffle où la cacophonie fait règle, un Président de la République visiblement débordé par la succession et l’intensité d’évènements, la droite pan bagnat relayée dans ses délires sécuritaires par une partie des caciques conservateurs…révélation d’une classe politique totalement dépassée par un logiciel visiblement obsolète.

Conséquences de ces actes barbares, nous comptons plus de deux cents morts sur en France métropolitaine à ce jour, en avons-nous pleinement conscience ? Jusqu’à ce jour on ne constate que surenchères et inefficacités. Surenchères destinées à exciter les peurs et les rejets. Des soupçons assumés portés sur la population magrébine à la volonté d’armer la police de lance-roquettes, on se demande à ce rythme combien de kilomètres de barbelés il faudra installer pour nous protéger. Inefficacité de dispositifs militaro-policiers dans les villes ; le dispositif sentinelle qui comprend dix milles militaires en armes occupés à constituer un semblant de sécurité, sachant que ces forces ne peuvent utiliser leur armes. Des forces de police épuisées par un maintien de l’ordre depuis plusieurs mois, des forces armées dont l’efficience est poussée jusqu’au point de rupture…et maintenant le Chef de l’Etat engage la réserve citoyenne…bientôt les scouts de France ?

Les Français doivent exiger un personnel politique à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés. De vérité il s’agit. Exigeons l’arrêt de ces mesures de communication politique.

Informer et former les citoyens aux comportements de vigilance.

– Informer et former les citoyens aux comportements de vigilance. Les Français soucieux de ne pas baisser la tête veulent continuer à vivre tel qu’ils le souhaitent ; bel acte de résistance qui nécessite toutefois la conscience du danger et des bons comportements à avoir dans les lieux publics. Il ne s’agit pas de transformer le citoyen en flic mais de de le rendre acteur pour partie de sa sécurité et de celles des autres.

Remettons la police en civile

– Remettons la police en civile ; le renseignement, la pénétration des réseaux, un maillage d’informateurs dans les banlieues donneront plus de sécurité que le déploiement de militaires. Ce n’est pas un binôme de deux gamins en treillis qui empêchera un furieux d’agir. Les politiques ont trop voulu satisfaire à la communication ; déployer du kaki veut donner le sentiment de la prise en main de la situation, mais ne règle en rien les causes du mal.

Hissons-nous à la hauteur de l’histoire ; loin des surenchère et des angélismes, c’est de calme et de détermination dont nous avons besoins.

 

Les vraies primaires ; les élections législatives.

Les primaires sont devenues depuis celles organisées par le Parti socialiste à l’occasion de la présidentielle 2012 un marronnier de la vie politique française. La droite s’est dernièrement emparée de cette démarche et désignera son champion à l’automne 2016. Face à la très faible popularité de François Hollande et à un positionnement politique qui entraine le rejet d’une partie importante de son électorat , voilà qu’une initiative est née pour une primaire à gauche.

Afficher l'image d'origine

Absence de leader naturel.

La difficulté des dirigeants politiques à être à la hauteur des enjeux auxquels fait face notre pays, la faiblesse de leurs solutions, leur incapacité à tenir des promesses électorales trop ambitieuses en rapport de leur force politique…entrainent un rejet des électeurs qui pour une majorité finie pas s’abstenir. Les primaires étaient pour l’instant envisagées pour les partis d’opposition, voilà qu’une initiative de gauche porte l’idée que le Président de la République s’y soumette. Aurions-nous imaginé Charles de Gaulle, François Mitterrand, ou Jacques Chirac se soumettre à une primaire ? L’ampleur politique de ces trois hommes contraste fortement avec celle de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Pour autant d’autres femmes ou hommes dans leur camp respectif s’imposent-ils de manière naturelle ? non plus, à part au Front national.  la médiocrité des deux derniers Présidents permet à nombre de politiques de deuxième ligne de s’imaginer à leur tour à la tête de l’Etat. Et ils sont nombreux !

Afficher l'image d'origine

Voter aux primaires c’est jouer au tiercé.

Les électeurs qui se déplacent pour voter dans le cadre de la procédure des primaires n’expriment pas un choix de programme, une orientation politique marquée…non ils votent pour celle ou celui qui sera à même de gagner. Ce fût le cas pour François Hollande qui venu de loin à su habillement jouer de son image bonhomme dans l’opinion pour faire venir à lui les électeurs. Les votants ne votent pas pour le candidat qui ferait le meilleur Chef de l’Etat mais pour celui ou celle qui fera gagner son écurie. Comme au tiercé, les candidats ont une cote, ils jouent placés ou gagnants, l’électeur est joueur parfois…

Afficher l'image d'origine

La seule primaire qui vaille : les élections législatives.

Si on veut réellement faire émerger la ou le candidat le mieux capable de mettre en œuvre l’expression démocratique, seule l’élection législative avec un scrutin proportionnel pourrait le permettre. Chaque parti pourrait dès le 1er tour proposer une vision et un programme politique clair. A la suite des législatives l’élection présidentielle verrait se détacher naturellement les candidats capables d’incarner le choix politique des électeurs. Finies les promesses parfois délirantes et inconséquentes des candidats, la feuille de route est votée dans le cadre législatif.

Deux conditions nécessaires ; inversion du calendrier électoral et élections législatives au scrutin proportionnel. Hélas ces deux mesures auraient pour conséquences politiques de favoriser les « petits partis » au détriment des deux « gros » ; le PS et Les Républicains. Plus encore le Front national relayé dans les coulisses des seconds rôles depuis plusieurs années pourrait jouer le premier rôle. Aucun intérêt donc pour le Chef de l’Etat de modifier les textes en matière d’élection.

On risque donc  de nous amuser encore longtemps avec les primaires.

Déchéance de nationalité, stratégie du culbuto.

Je n’aurais donc pas attendu les lendemains de fêtes pour avoir la gueule de bois. Fin d’année mortifère pour la République. Les attentats à Paris, la montée du vote de droite extrême aux élections régionales, et enfin le projet de loi sur la déchéance de nationalité. il est commun de dire que c’est dans les tempêtes qu’on voit les grands marins, la fin d’année nous aura montré que notre chef d’Etat n’est finalement pas le capitaine de pédalo décrit par ses amis politiques mais plutôt le pathétique Monsieur Culbuto.

Monsieur culbuto passe l’éponge à droite…

Hors mi le Front national tout le monde politique s’insurge de la mesure de déchéance de nationalité. C’est l’étranglement devant une mesure réclamée par l’extrême droite. Comment François Hollande qu’on imaginait peu porté sur les thèses nationalistes en est arrivé à finalement prendre cette décision ? La stratégie de l’éponge peut en permettre la compréhension : constatant que le potentiel électoral à gauche est faible, il absorbe les idées de la droite pour la priver de son angle d’attaque habituel qu’est le laxisme et l’angélisme de la gauche. En jouant avec les idées nauséabondes réactionnaires, il annihile les critiques venant de sa droite. Le culbuto se penche donc vers sa droite pour séduire les électeurs de droite et surtout ceux de gauche apeurés par les derniers attentats à Paris et plus globalement par la montée de l’islamisme le plus gore.

Afficher l'image d'origine

Les militants de gauche, écologistes….attachés aux valeurs de la République s’insurgent ! Mais n’ont-ils pas déjà été « testés » lors du deuxième tours des élections régionales en votant finalement pour Estrosi en région PACA ? En acceptant même en rechignant de voter pour la droite la plus dure face à encore un peu plus dure, ils ont montré leur résistance au crash test, François Hollande l’a observé.

Et bientôt un coup d’éponge à gauche…

L’élection présidentielle est en vue. Constatant les dégâts des régionales, il apparaît évident que Marine Le Pen sera présente au second tour. L’enjeu est d’arriver au deuxième tour face à elle. En séduisant la partie des Français  votant alternativement à droite et à gauche, François Hollande s’assure leur vote par cette mesure sensée les rassurer. Ainsi au second tour,  Il n’aura plus qu’à se pencher à gauche et  en modérateur pour se replacer au centre de l’échiquier politique et l’emporter pitoyablement certes, mais emporter quand même.

Nos valeurs valent plus que culbuto.

A jouer avec la République, le risque politique est grand. L’immense marche en hommage aux victimes de Charlie Hebdo de ces millions de français attachés à la démocratie peut-elle se remettre en marche pour conspuer cet apprenti sorcier et ses mesures dangereuses ? Comme la grenouille plongée dans une eau qui chauffe doucement, nous risquons de ne pas comprendre tous les enjeux et laisser notre pays revivre ses heures les plus sombres.  Nos valeurs valent tellement plus qu’un culbuto. Un homme ou une femme politique, un parti…peut il s’élever à lancer et nous engager dans la Résistance et la défense des valeurs de la République ? c’est bien dans ces heures que nombreux nous attendons son appel.

 

 

Coup de pied dans la démocratie !

Sentiment mêlé devant un résultat d’élection qui réjouit un grand nombre d’électeurs mais qui soulèvent déjà bien des questions sur l’avenir…

La droite réactionnaire à la tête haute !

Afficher l'image d'origine

La montée de l’extrême droite et de la droite la plus réactionnaire progresse fortement. Si le Front National n’obtient pas une présidence de région, il n’en demeure pas moins que son nombre d’élus est en forte hausse. En Auvergne Rhône Alpes la victoire de Laurent Wauquiez est due pour une part non négligeable aux transferts de voix du FN idem en Ile de France où Valérie Pécresse n’a pas ménagé sa peine pour convaincre les électeurs conservateurs. Laurent Wauquiez avait lui-même fait une campagne très droitière, très décomplexée.  La droite la plus réactionnaire est donc bien en réelle progression, le pays se « droitise » terriblement.

Les électeurs ont mis un coup de pied à la démocratie !

Dégoutés par une politique menée par le Gouvernement qui mélange autorité et autoritarisme, qui n’arrive pas à endiguer la montée du chômage, qui ne trouve de solutions que dans la politique d’Emmanuel Macron. Peu attiré par la gauche radicale et les écologistes, ils ont fini par bouder et ne pas voter au 1er tour. Le second tour marque un réveil mais il est tard pour sauver la gauche. Ce redressement de la participation évite seulement l’accès à l’exécutif du Front national. Pas de quoi être fier.

Redonner du sens à la gauche !

Afficher l'image d'origine

Les différents partis de gauche devront rapidement et profondément repenser leur logiciel pour réussir à être présent au second tour de l’élection présidentielle et dans la foulée à l’Assemblée nationale. Loin des martingales qui s’imposent dans l’urgence c’est bien de politique dont il faut parler.

Où est la gauche socialiste ? la politique gouvernementale qui ne cesse de concéder au MEDEF, qui mène une politique sécuritaire du coup de menton, qui écrase tant qu’elle peut les forces écologistes. Où est l’écologie politique ? prise dans ses querelles liées à la participation ou non aux exécutifs nationaux ou locaux, les écologistes vont devoir remettre leur projet sur le métier et retrouver le dialogue avec ses électeurs. Où est la gauche radicale ? Tiraillé entre un socialisme radical incarné par le Parti de gauche et Ensemble d’un côté et le Parti communiste en totale survie politique de l’autre.

Changer de politique est une urgence. Changer de Premier ministre une nécessité. Il faut que la gauche retrouve langue avec l’électorat ouvrier et populaire. Nous défendons les sans papier ou les réfugiés c’est indispensable, il faut continuer. Nous avons défendu le mariage pour tous, c’est un énorme progrès.  En même temps il est indispensable de maintenir des services publics, de s’occuper des « oubliés » de la crise économique, d’entrer clairement dans la transition écologiste porteuse de solutions tant en matière d’environnement que d’emplois…de proposer un destin pour chacun des citoyens de ce pays.

Dès demain il faut agir, et vite.