B9712445344Z.1_20170627160322_000+GB29B9TU3.1-0

Les Constructifs ; le poison du pragmatisme.

Les députés-en viennent d’être élus-es sous le raz de marée de LREM qui bouleverse le jeu politique habituel de la représentation démocratique. La droite n’échappe pas à ce mini séisme politique. Ainsi nous venons de voir apparaître un nouveau groupe parlementaire ; les Constructifs LR et UDI.

La droite a depuis longtemps perdu ses fondamentaux politiques. Du métro à l’heure de pointe cher à Malraux, elle est devenue la représentante des retraités aisés ayant une vision patrimoniale sur l’économie et conservatrice sur les évolutions sociétales. La désignation du défunt politique Fillon lors des primaires en fût la démonstration la plus éclatante.  La lente agonie politique a fait passé la droite en quelques décennies du Général de Gaulle le bâtisseur, à Giscard d’Estaing l’Européen modernisateur pour finir pas se donner Nicolas Sarkozy comme champion puis dans un dernier souffle François Fillon le notaire sarthois. Plus capable de savoir de quel courant philosophique, économique, social, elle provient, la droite a maintenu une cohérence d’apparence grâce à des résultats électoraux corrects mais déclinants. L’arrivée d’Emmanuel Macron a fait exploser la machine a gagner.

Est donc venu à droite aussi le temps des pragmatiques. Ceux qui sous le couvert de la construction, du leitmotiv « la société ne peut pas attendre » des « mains dans le moteur » etc….justifieront à coup sûr tous les renoncements et compromissions politiques. Les constructifs choisiront la doctrine tellement plus profitable de l’opportunisme de circonstance, tout en cherchant à justifier leur ralliement à la politique Jupitérienne par des minis avancées de circonstance.

En tant que militant écologiste j’ai observé la création de ce groupe avec l’œil goguenard du connaisseur de ce poison politique qu’est le pragmatisme politique. Le mouvement écologiste pénalisé par des règles de représentation démocratique se déchire entre les justement pragmatiques prêts à s’allier selon les circonstances et ceux radicaux préférant un rôle d’opposant et de lanceur d’alerte. L’absence de repère politique pour les uns, le suffrage majoritaire pour les autres, le pragmatisme s’installe. De Rugy, Placé, Lemaire, Darmanin, Solère etc…. Le poison est souvent synonyme de mort prochaine et personne n’a encore trouvé l’antidote politique pour en guérir. En attendant le phénix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *