Monthly Archives: novembre 2016

Les leçons d’une Amérique oubliée.

La victoire de Donald Trump aux présidentielles américaines semble étonner une partie importantes des français et de leurs élus-es. Mais à bien y regarder, est-ce une si grande surprise ? Le brexit il y a quelques semaines aurait dû nous alerter davantage. Nous avons préféré renvoyer la candidature de Donald Trump à sa personnalité grotesque, raciste et misogyne. Nous avons joué de condescendance à son sujet, c’est bien là le problème ;

Aveuglement d’une partie de l’élite intellectuelle européenne et américaine qui n’a fait que pousser aux urnes ceux qui sont rejetés du fameux système d’intégration mondiale.

Afficher l'image d'origine

Les électeurs américains qui ont fait basculer le scrutin en faveur du candidat républicain sont majoritairement des hommes blancs, peu diplômés, issus des Etats anciennement industriels qui se sentent oubliés, totalement déclassés par rapport aux immigrés, aux divers minorités et aux habitants des grandes villes. Ce profil d’électeur est également très représenté chez nous dans les zones géographiques où le vote Fn est maintenant enraciné.

En France, on sait que ces électeurs des classes les plus populaires issues de l’industrie ont été délaissés par la gauche ; le PS représente davantage les fonctionnaires et les employés que le peuple que Jaurès allait convaincre à la sortie des usines. La droite dite gaulliste qui le temps des trente glorieuses avait pu représenter une partie de l’électorat populaire, qu’un temps Nicolas Sarkozy avait convaincu, cherche plutôt à séduire une droite libérale et européenne dont les cadres supérieurs et les foyers les plus aisés sont dorénavant la cible électorale. A chaque élection en France des pans des catégories professionnelles et socio professionnelles « basculent » dans le vote Fn ou Le Pen. Déjà les ouvriers ou ex ouvriers, les petits employés, déjà les fonctionnaires de catégorie C, bientôt les « petits cadres » et agents de maitrise…bientôt la situation américaine en France en mai 2017.

Hilary Clinton représentait le système élitiste, elle vient de le payer très cher, d’autres en France pourraient subir le même sort qu’elle.

Reste donc les partis antisystème ou les candidats s’en revendiquant que sont Marine le Pen et Jean Luc Mélenchon. Comme Donald Trump ces deux candidats sont des tribuns à forte personnalité au talent oratoire indiscutable. S’il serait faux de comparer les programmes des « insoumis » de JL Mélenchon au programme de Marine le Pen, je ne peux m’empêcher de voir des similitudes populistes, ces appels à l’insoumission et au rejet du système qui nous a mené dans  la situation économique actuelle.

J’appelle donc les candidats à la présidentielle française à ouvrir les yeux sur le sentiment fort de rejet qui existe « en bas » et qui monte.

Ouvrez les yeux avant qu’il ne soit trop tard !

Les partis politiques ont une feuille de route très claire : parler à tous les électeurs sans exception et de tous les sujets sans caricature. Prendre en compte ces appels des oubliés pour les intégrer pleinement dans un mouvement citoyen démocratique avant qu’ils finissent de nous envoyer dans le mur des extrêmes et des haines.