Suspension du péage poids lourds : une économie punitive au détriment des ménages

La suspension sine die de la taxe poids lourds annoncée aujourd’hui est le signe d’un pays bloqué, extrêmement difficile à réformer, et incapable de concertation. Cette suspension intervient alors que les financements pour l’aménagement du territoire, la solidarité territoriale, les transports en commun et le report modal sont en panne. Cette décision est en outre un mauvais signal sur notre volonté collective à répondre au défi du changement climatique avant la COP21 à Paris en 2015.
Les consommateurs sont encore une fois victimes des lobbies, puisqu’en remplacement d’une taxe poids lourds qui aurait pesé sur les utilisateurs des routes, c’est sur une fiscalité sur l’ensemble des ménages que va peser la recherche en urgence de financements afin de maintenir un minimum d’investissements dans les infrastructures de transport, et de sauver des milliers d’emplois menacés dans le BTP.
Ronan Dantec dénonce cette économie punitive qui fait peser sur les ménages l’ensemble des coûts alors qu’une logique pollueur-payeur incite à l’amélioration des process économiques et à l’intégration de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises au bénéfice du bien-être collectif.
Ronan Dantec appelle à une reprise de la discussion avec les transporteurs sur cette taxe qui avait fait consensus, y compris dans les milieux économiques, lorsqu’elle a été décidée en 2007. Dans son rapport sur le budget des transports routiers, il avait proposé des mesures d’accompagnement des transporteurs pour que la mise en place de la taxe poids lourds soit l’occasion d’améliorer les conditions de travail des chauffeurs routiers et la compétitivité des entreprises de transport. Il considère en tout état de cause que la remise en cause de la taxe poids lourds doit s’accompagner de l’annulation des avantages obtenus par les transporteurs en contrepartie de sa mise en œuvre (exonération de taxe à l’essieu, autorisation des méga-camions).
La lutte contre la concurrence déloyale et le dumping social dans le secteur du transport est une priorité. Mais en s’opposant à cette taxe poids lourds (d’abord dirigée vers les transports internationaux de transit), les transporteurs s’opposent aussi à une régulation de la concurrence sauvage du transport routier dont ils se disent pourtant les premières victimes.  
Romain DANTEC, Sénateur de Loire-Atlantique
Vice-président de la commission du Développement durable,
des Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du territoire
Groupe Ecologiste du Sénat
01 42 34 48 67
06 87 43 39 29
www.ronandantec.fr
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *