Monthly Archives: juillet 2014

Jean Jaurès ; la République et la paix.

Ces jours est célébré par nos édiles lyonnaises le dernier discours public que Jean Jaurès prononça à Vaise, alors commune autonome dont la population ouvrière était importante. Au-delà de la simple commémoration d’un homme politique qui compta dans cette troisième République, c’est l’occasion de retrouver les discours forts que cet homme prononça, d’en retrouver l’esprit et de les confronter à la situation actuelle de notre pays. Commémorer Jean Jaurès, c’est s’approprier son message, c’est donner sens à nos interrogations et nos comportements.

Jean Jaurès bien après sa mort en 1914, a marqué par sa puissance intellectuelle et visionnaire plusieurs générations, son influence morale guide la construction politique de notre Nation dans la confortation des valeurs de la République :

 De la dénonciation du scandale de Panama en 1893 : « Nous sommes ici pour y substituer un ordre social plus juste ».

De la dénonciation du pouvoir dans l’affaire Dreyfus en 1898 : « Vous êtes en train de livrer la République aux généraux ! ».

De sa lutte contre la peine de mort, dans sa lutte pour la laïcité en 1905 dans la séparation des Eglises et de l’Etat. Dans sa dénonciation des nationalismes, voyant le péril d’une guerre européenne.

 Si Jean Jaurès fut un ardent défenseur de la paix, et un grand défenseur de la cause du peuple, il se garda de guider ce dernier vers les tentations révolutionnaires. Rejetant l’idée de révolution, mais démocrate et réformiste, il a écrit un discours à la jeunesse en 1903 dont voici les extraits les passages les plus forts :

« Dans notre France moderne, qu’est-ce donc que la République ? C’est un grand acte de confiance. Instituer la République, c’est proclamer que des millions d’hommes sauront tracer eux-mêmes la règle commune de leur action ; qu’ils sauront concilier la liberté et la loi, le mouvement et l’ordre ; qu’ils sauront se combattre sans se déchirer ; que leurs divisions n’iront pas jusqu’à une fureur chronique de guerre civile, et qu’ils ne chercheront jamais dans une dictature même passagère une trêve funeste et un lâche repos (…) La guerre devient plus difficile, parce qu’avec les gouvernements libres des démocraties modernes, elle devient à la fois le péril de tous par le service universel, le crime de tous par le suffrage universel. La guerre devient plus difficile, parce qu’avec les gouvernements libres des démocraties modernes, elle devient à la fois le péril de tous par le service universel, le crime de tous par le suffrage universel. La guerre devient plus difficile parce que la science enveloppe tous les peuples dans un réseau multiplié, dans un tissu plus serré tous les jours de relations, d’échanges, de conventions ; et si le premier effet des découvertes qui abolissent les distances est parfois d’aggraver les froissements, elles créent à la longue une solidarité, une familiarité humaine qui font de la guerre un attentat monstrueux et une sorte de suicide collectif (…) Enfin, le commun idéal qui exalte et unit les prolétaires de tous les pays les rend plus réfractaires tous les jours à l’ivresse guerrière, aux haines et aux rivalités de nations et de races. Oui, comme l’histoire a donné le dernier mot à la République si souvent bafouée et piétinée, elle donnera le dernier mot à la paix, si souvent raillée par les hommes et les choses, si souvent piétinée par la fureur des événements et des passions (…) Non, je ne vous propose pas un rêve décevant ; je ne vous propose pas non plus un rêve affaiblissant. Que nul de vous ne croit que dans la période encore difficile et incertaine qui précédera l’accord définitif des nations, nous voulons remettre au hasard de nos espérances la moindre parcelle de la sécurité, de la dignité, de la fierté de la France. Contre toute menace et toute humiliation, il faudrait la défendre : elle est deux fois sacrée pour nous, parce qu’elle est la France, et parce qu’elle est humaine (…)

 La capacité à débattre sans se déchirer, la force de la démocratie et de la solidarité pour lutter contre les déchirements et les guerres, le refus de tous les obscurantismes…ces messages restent d’une actualité cent ans après la mort de cet homme, ils nous amènent à réfléchir aux dangers de tous les totalitarismes nationalistes ou religieux qui menacent nos démocraties, ils nous guident vers une société plus éclairée et plus solidaire.

 

Déclaration de revenus des parlementaires…encore un effort !

L’exercice de transparence petit à petit prend forme, les parlementaires lèvent le voile sur leurs revenus et sur les noms de leurs collaborateurs. Si pour un nombre assez important de ces parlementaires, il n’y a pas grand-chose à dire, il reste toutefois chez environ 10 % d’entre eux des pratiques pour le moins discutables, parfois emblématiques de comportements que je considère déviant dans une démocratie.

Des parlementaires qui ont du temps libre pour cumuler et pour se consacrer à une multitude d’autres activités. Incroyable la capacité de travail de certains ! les cumulards comme notre Gérard COLLOMB qui collectionnent en plus de ses deux mandats de sénateur, de maire de la troisième ville de France et président d’une communauté de communes, d’une ribambelle de mandats : Fondation Jean Jaurès, Association des maires des grandes villes et des communautés urbaines, Lyon Parc Auto, SEM patrimoniale du Grand Lyon, présidence du conseil de surveillance des Hospices Civils de Lyon, SPL gestion des espaces publics Rhône-Amont, SAIEM, SERL, SPL Lyon Confluence ! Un record national pour un homme bientôt septuagénaire, aurait-il trouvé la cure de jouvence ou la montre de 48 heures par jours ?

La surreprésentation des avocats en activité. Avec un accès facilité par équivalence de diplôme, nombre d’énarques entre autres accèdent à cette profession. Activité fortement rémunératrice, qui permet d’optimiser son carnet d’adresse et de tisser un maillage relationnel très profitable. De cette activité au conflit d’intérêt le fossé est étroit. Le très fumeux Jean François COPE, sociologue du pain au chocolat, et de la théorie du « je ne vois pas au nom de quoi on ne pourrait pas » se permet d’enregistrer 350 000 euros en 2011 au titre de son métier d’avocat, qu’il exerce en plus de ses activités de parlementaire, de maire de Maux, et jusqu’à peu de président de l’UMP ! N’est-il pas formidable notre COPE ? Dommage qu’on ne puisse pas connaître le nom de ses clients…

Les éminents conseillers en communication. Alternative au métier d’avocat, celui de conseillers à la cote. Peu de frais d’installation, quelques conseils par ci et pas là et hop le tour est joué, certains empochent de quoi finir leur mois confortablement. Là aussi on ne connait pas leurs généreux clients et le conflit d’intérêt est un risque important.
La PME familiale à la cote chez les parlementaires ! Rien ne remplace le bon vieux travail en famille…femme, enfants, neveux et nièces permettent à des élus d’effectuer leur travail de parlementaire. Rien d’illégale à condition que la rémunération corresponde à un travail effectué, et là aussi l’exercice de transparence à de sérieuses limites.

Les collaborateurs sont des élus. Parmi les déclarations on trouve la présence de collaborateurs de parlementaires également élus eux-mêmes. Pourquoi pas mais quelle liberté d’expression peut avoir un élu qui par ailleurs est dépendant financièrement d’un parlementaire ? Poser la question c’est déjà répondre…

Si on ne veut pas que la transparence soit juste un exercice de voyeurisme, il faut tirer les conséquences de pratiques qui peuvent apparaîtrent pour le moins douteuses à l’égard de la démocratie ; quelques propositions :
– en finir avec le cumul de mandats ! Être parlementaire est un travail à plein temps ;
– interdire la pratique d’une activité professionnelle annexe au delà du revenu perçu équivalent au montant des indemnités de député ou de sénateur ;
– mieux contrôler l’activité des assistants parlementaires pour éviter les postes de complaisance ;
– interdire le cumul de fonction d’élu avec celui d’assistant parlementaire

Allez encore un effort pour faire respirer un air plus sain sur notre démocratie.

Tomates et bananes toute l’année !

Nous sommes tous responsable des émissions de gaz à effet de serre, soyons en conscients. Un comportement qui me surprend et me gène quotidiennement toute l’année et que nous pourrions éviter ; l’achat en France de produits alimentaires qui ne sont pas de saison. Surtout ne pas imaginer que ce comportement est celui de jeunes gens écervelés, pas du tout ! j’observe de nombreux retraités s’adonner aux achats d’avocats du Pérou, ou d’haricots verts du Kenya. Cela fait déjà longtemps que nos marchés sont  saturés de ces produits exotiques. La pédagogie s’impose !

Les tomates et les bananes sont devenues des fruits de tous les jours et toute l’année, quel dommage ! manger des tomates pour la Sainte Sylvestre ; c’est possible mais c’est nul !

Manger des bananes en plein mois de juillet ; c’est possible mais c’est nul !

Quel rapport entre le gaz à effet de serre et ces deux produits alimentaires ? C’est simple soit ces produits viennent de loin et donc génère un transport important, soit ils poussent sous serres chauffées. Dans les deux cas outre le peu de goût qu’ils ont, ils nécessitent une consommation importante d’énergie qui contribue au réchauffement climatique.

CHANGEONS DE MODELE DE CONSOMMATION !

Si vous n’avez pas eu la chance comme moi lorsque j’étais enfant d’aller secouer les pommiers dans les premiers jours de septembre ou de manger des cerises directement sur l’arbre, et que vous ne connaissez pas la saisonnalité des fruits et légumes, je vous conseille le lien suivant :

http://info.effetserre.free.fr/Solutions/Manger_Saison.html

Un petit truc également ; la plupart des fruits et  légumes d’automne et de début d’hiver proviennent des arbres, ceux qui sortent de terres sont le plus souvent de printemps et d’été.

Regardez aussi les étiquettes produits sur les étales, et boycotter les produits cultivés hors de France. Ainsi vous minimiserez les effets de votre consommation sur le réchauffement climatique, vous participerez au soutien à l’agriculture de notre pays, et enfin vous mangerez des produits savoureux pas des balles de tennis.

Intégrez une AMAP (association pour le maintien d’une agriculture paysanne) alors là chapeau de paille de jardinier ! vous faites plus qu’un petit pas vers l’écologie, mais un grand saut pour la planète.

http://www.reseau-amap.org/recherche-amap.php

Bon été !

 

 

Gaza – Lyon un mouvement de solidarité

Le conflit Israélo-Palestinien continue et malheureusement à cette heure semble encore s’intensifier. Triste épisode de plus d’un conflit qui n’a que trop duré. La paix au proche orient semble chaque jour s’éloigner, malgré de multiples tentatives, rien ne bouge Israël impose la paix hébraïque, autrement dit son modèle de paix : l’écrasement méthodique du peuple palestinien et la politique de colonisation.

A Lyon la dernière manifestation de soutient au peuple Palestinien a rassemblé 6000 personnes, c’est énorme et au niveau de l’indignation générale face aux morts et aux souffrances de la population gazaouite.

Des réactions des autorités religieuses ; Kamel Kebtane le Recteur de la grande mosquée de Lyon exhorte les lyonnais à ne pas importer le conflit à Lyon, le nouveau Grand Rabin de France s’exprimant dans Libération exprime le sentiment d’antisémitismes existant en France. Oui la France ne doit pas importer ce conflit qui n’existe pas chez nous, Non la France n’est pas antisémite, on peut et c’est mon cas ne pas être du tout antisémite et ne pas approuver la politique Israélienne. Vouloir faire l’amalgame entre l’antisémitisme et la réprobation de la politique Israélienne est une parole dangereuse et fausse.

J’ai souvent l’habitude de m’exprimer de manière assez tranchée, pour une fois j’exprime ma mesure et mon soutien aux Palestiniens. Ma mesure car Israël reste une démocratie et une des seules du proche orient, la politique de ses dirigeants est le reflet de la peur de la population et de son raidissement face aux différentes attaques du Hamas.  Mon soutien au peuple Palestinien qui est la victime collatérale de ce conflit et qui en paye le prix fort. Ce peuple est trop abandonné, par la communauté musulmane dans le monde et singulièrement pas les grand pays voisins ; Egypte notamment. Mais également trop peu soutenu par l’Union Européenne dont la diplomatie est bien faible face à l’appui américain à Israël.

La solution ne réside-t-elle pas davantage dans une approche moins religieuse des problèmes à régler ? Une approche laïque me semblerait un bien meilleure solution pour régler les problèmes et mettre les différentes parties autour de la table de négociation. Mais chaque partie en a-t-elle vraiment envie ? En attendant tout mon soutien aux victimes.