Monthly Archives: juin 2014

Les DIEUX sont tombés sur la tête ! Episode 1.

Le troisième mandat de Gérard Collomb et de son exécutif commence en fanfare ! Drôle de musique pourtant. Les lyonnais pensaient peut être avoir voté pour un maire de gauche, certains commencent à se réveiller avec le sentiment bizarre d’une musique dont la droite de l’orchestre joue « forte » tandis que la gauche a perdu sa partition.

La piscine et ses tarifs.

Source ; Site Internet LYON CAPITAL

La piscine refaite en immense centre de loisirs aquatique voit augmenter ses tarifs de 135 %. La réfection de la piscine serait-elle la cause d’une telle augmentation ? Argument à balayer ! La piscine n’avait pas connu de réparations ou transformations importantes depuis son ouverture dans les années 60. L’amélioration de l’accueil et la mise aux normes ne peuvent pas être retenues comme justificatifs à une telle augmentation dans une cité de la taille de la nôtre. Il semble que les incidents, certains diront des incivilités de jeunes désœuvrés pour minimiser, soit pour une grande partie la raison de l’augmentation. Pour ne pas évacuer la piscine, il fallait trouver une solution efficace pour évacuer les gêneurs. Ce sera peut être chose faite, et en même temps on privera les lyonnais aux revenus modestes et au comportement normal de se rendre à la piscine.

La mise en place des rythmes scolaires.

Source ; site Internet LYON CAPITAL

Un must ! Ou comment une ville comme Lyon profite de manière minable d’un assouplissement accordé par le Ministre aux petites communes. Les rythmes chronobiologiques de l’enfant ? hop-là on verra plus tard, la concertation des conseils d’école ? hop-là la transparence on verra un autre jour… le prix exorbitant ? Pas grave ce n’est pas obligatoire. Une adjointe visiblement dépassée par son dossier et pas l’ampleur de la fronde, un maire énervé devant la volonté la résistance de certains journalistes et parents, la Rectrice flanquée de son inspecteur…et lors de cette conférence de presse mémorable en termes de communication on apprend la vérité : pas d’école le vendredi après-midi pour ne pas avoir à faire travailler le personnel municipal déjà prompt à faire grève.

Le mandat commence donc très fort ; la centrifugeuse à pauvres tourne déjà ! Si vous ne pouviez pas partir en vacances, que vous imaginiez vous rabattre avec votre joyeuse famille à la piscine, allez-donc voir plus loin ! Vous vous disiez « tiens à la rentrée, mes gones pourront faire des activités périscolaires de qualité que je ne pouvais pas leur payer jusqu’alors », allez donc voir plus loin !

Nos chers élus lyonnais de la majorité soutiennent visiblement un maire qui semble avoir perdu sa gauche, c’est très bien ! Ils risquent fort eux aussi d’aller un jour se faire voir un peu plus loin !

 

 

 

Le ballon dirigeable, un transport d’avenir.

Si l’usage du camion reste encore la règle en matière de transport de marchandises, il semble qu’il soit considéré comme de plus en plus encombrant sur notre réseau routier. De la taxe poids lourds en écotaxe il est devenu le triste symbole des délocalisations, de l’hypermarché et de la mal bouffe, de la pollution…si il y a presque quarante ans un animateur radio présentait les routiers comme sympas, on constate que de sympa, le routier est devenu indésirable.

Dirigeable Lhistoire des dirigeables

Les décideurs politiques se sont tournés vers le chemin de fer. Solution a priori intéressante. Toutefois des difficultés subsistent ; la livraison des derniers kilomètres, le coût plus élevé que le transport routier (infrastructure et machines), la rigidité du modèle, la répartition des sillons (segment de circulation sur les voies) et la priorité au transport de voyageurs.

Voilà donc qu’on ressort des cartons les projets de ballons dirigeables. On les voit parfois nous délivrer un message publicitaire, survoler un site historique, mais il est vrai que nous avons tous en mémoire l’incendie spectaculaire du Zeppelin Hindenburg en 1937 dans le New Jersey qui fit 36 morts. Mais alors le dirigeable devrait-il être cantonné à ce rôle publicitaire ? Probablement que nous pourrions le voir reprendre du service dans un rôle de méga camion. L’Etat français consacre une part à ce moyen de transport dans son plan « nouvelle France industrielle » Le plan mobilisera l’ensemble des leviers de politique publique : soutien à la R&D, pôles de compétitivité (Pégase et Aérospace Valley), accompagnement des PME, commande publique, évolutions des règlementations. Annoncé sur le projet : « La France possède toutes les compétences nécessaires au déploiement de ce plan : grands industriels de l’aérospatial, équipementiers (capteurs, télécommunication…) et PME (Delair-Tech, Swat- m3g, A-NSE,…) présentes sur des niches. La mise en place récente d’une réglementation nationale clarifiant les conditions d’emploi des drones civils constitue un atout pour le développement de ces filières nouvelles »

Démonstration d'un dirigeable au salon du Bourget, à Paris, en juin 2005.

L’usage du dirigeable présente de nombreux intérêts ; il permet d’atteindre des zones difficiles, hors rail, hors route ou réseau aérien. Le deuxième est qu’il peut emporter des produits très volumineux, difficiles à transporter par la route. Des tâches que l’avion, le train, le camion ou le cargo ne peuvent pas forcément accomplir. Ces deux gros atouts du dirigeable pourraient assurer la rentabilité de la filière.

Le directeur général de Pégase, Jean Yves Longère assure qu’aux alentours de 2017 les dirigeables pourront transporter jusqu’à dix tonnes. Pour arriver à déplacer des charges de ce poids, les dirigeables devront encore alléger leur structure grâce à de nouveaux matériaux. Les chercheurs envisagent également des moteurs hybrides associant carburant et électricité, ce qui permettrait de rendre l’engin plus écologique qu’avec de l’hélium. Pour parvenir à la mise en service d’un engin capable de déplacer une dizaine de tonnes dans des conditions écologiques satisfaisantes, il est nécessaire encore d’investir en recherche et développement, l’Etat est donc partie prenante, certaine région telle PACA aussi. Si les projets français sont suffisamment soutenus et finissent par offrir une solution rentable, il y a de fortes chances pour qu’au-dessus de nos têtes volent à nouveaux des dirigeables.

Transition énergétique, nucléaire mon amour !

Très attendue, la nouvelle ministre de l’écologie Ségolène Royal a présenté le 18 juin en Conseil des ministres les grandes lignes de la loi pour la Transition Energétique.

Les grands axes sont à retrouvé ici.

A partir de ce projet, on peut faire quelques remarques :

Sur la production d’énergie :

Dommage que les engagements de plafonnement de la production d’électricité d’origine nucléaire à 50% en 2025 ne soient inscrits dans la loi, que la durée de vie des centrales ne soient pas actés, que la fermeture de réacteurs et centrales anciennes et moins sûres comme Fessenheim ne soient pas  précisée et que l’État ait la main sur la politique énergétique et ne puisse  l’imposer à EDF. Greenpeace considère que sur cette affaire EDF aura la main.

Sur le logement :

Les mesures annoncées pour favoriser la réhabilitation thermique vont dans le bon sens. Cependant la rénovation des logements coutera chère, et l’aide au financement devra être importante afin de ne pas exclure encore un peu plus les petits propriétaires de logements anciens.

Le souci principal : l’enfouissement des déchets :

La version finale du projet comprend des articles sur l’enfouissement des déchets nucléaires en couche profonde (projet GIGEO à Bure). Ce projet pourrait être mis en œuvre pas un simple décret sans passer par le Parlement. Curieuse manière de faire passer en catimini un projet controversé et qui d’après la Directrice de l’agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs n’est pas encore mûr.

Une loi sur la transition énergétique est un engagement nécessaire, elle contribue en plus de ses effets techniques à une prise de conscience des citoyens et des entreprises que notre croissance économique passera obligatoirement par un changement de paradigme. Toutefois ce projet de loi montre bien la nécessité qu’il soit débattu dans tous ses points au niveau du Parlement. La transition est en marche mais le rythme et la direction sont encore à définir.

 

 

 

 

La recharge, épicerie sans emballages jetables.

Source ; site Internet de la recharge

Idée intéressante et qui va dans le bons sens ; on apprend que dans la région bordelaise va ouvrir dans quelques jour un supermarché sans emballage. Ce concept appelé « la recharge » commercialisera des produits à la pièce ou au poids. Intérêt : on achète que ce dont on a besoins et on évite la consommation d’emballages. Donc pas d’emballage en magasin et en sortie de caisse. Mais ce n’est pas tout, la recharge annonce que ses produits seront choisi localement en circuit court afin là aussi d’éviter l’emballage protecteur lors du transport de marchandises. Passer de l’idée qu’on a tous lorsqu’on rentre chez nous et qu’on voit l’amoncellement d’emballages en plastique et en carton, à la création d’un magasin, mérite bien que nos amis bordelais fassent un tour à la recharge pour manifester un soutien financer à Jules et Guillaume les fondateurs et qu’ils envoient un message clair pour une autre forme de consommation. Affaire à suivre donc !

TOUBON ? c’est pas bon du tout !

Non à la nomination de Jacques Toubon pour défendre nos droits !

Clique sur le lien ci-dessous pour prendre connaissance de la pétition.
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Aux_deputes_Non_a_la_nomination_de_Toubon_pour_defendre_nos_droits/?bilgVdb&v=41165

Pourquoi c’est important

Le nom de Jacques Toubon a été proposé pour le poste crucial de Défenseur des Droits.
Pourtant par le passé Jacques Toubon s’est :

– opposé à la loi d’abolition de la peine de mort de Robert Badinter
– opposé à la dépénalisation de l’homosexualité
– opposé à la création du délit de révisionnisme
– montré favorable aux commandos anti-IVG.

Il incarne cette caste qui se partage les postes de la République, totalement déconnectée de la société.

En 2014, le Défenseur des droits en France devrait être un ou surtout une jeune activiste associative, pas un énarque RPR de 73 ans à recaser.

Le copinage et l’entre-soi ne sont pas inéluctables : les députés peuvent refuser de confirmer la nomination de Jacques Toubon.

Il ne s’agit pas tant de l’homme – le Toubon d’aujourd’hui n’est pas forcément le Toubon d’hier – que du signal que cette nomination envoie.

Signez pour que les députés lui offrent la retraite qu’il mérite et qu’ils proposent enfin un nom en phase avec les attentes de la société pour défendre et faire progresser nos droits.

Pétition lancée par Mehdi Ouraoui (Conseil national PS) et Julien Bayou (Porte-parole EELV).

Premiers signataires: Cécile Duflot (Députée de la sixième circonscription de Paris. Ancienne ministre de l’égalité des territoires et du logement), Mehdi Ouraoui (Conseil national PS), Julien Bayou (Porte parole EELV), Marie-Noëlle Lienemann (Sénatrice de Paris, ancienne ministre, membre du BN du PS), Anne-Cécile Mailfert (Porte-parole d’Osez le féminisme), Emmanuel Poilâne (Directeur de la Fondation France Libertés, candidat Nouvelle Donne), Sonia Aichi (Présidente de la FIDL), Sergio Coronado (Député EELV), Caroline de Haas (Militante féministe), Laura Slimani (Présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes), Caroline Mecary (Avocate au barreau de Paris, Conseillère de Paris, ex co présidente de la fondation Copernic), Jean-François Pellissier (Conseiller Régional, Les Alternatifs), Laura Chatel et Lucas Nédélec (Secrétaires des Jeunes écologistes), Christophe Grébert (élu MODEM), Philippe Marlière (Revues Mouvements & Démocratie et socialisme), Rokhaya Diallo (Militante contre le racisme), Laurianne Deniaud (BN du PS, ancienne Pdte du MJS), Parti Nouvelle Donne.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Aux_deputes_Non_a_la_nomination_de_Toubon_pour_defendre_nos_droits/?bilgVdb&v=41165