Piscine du Rhône ; le prix de l’haut de gamme !

Les travaux avancent et dessinent ce que va devenir la piscine du Rhône ; un immense espace d’attractions aquatiques. Le 30 juin elle pourra ouvrir ses portes au public. Cette piscine construite en 1967 avait beaucoup vieillie et sa rénovation devenait nécessaire. 92000 entrées l’an dernier dans cet établissement qui est ouvert deux mois par an, soit une moyenne d’environ 1500 entrées par jour, ce qui est très important et justifie ses travaux. Lyon aura donc une piscine qui correspond aux normes actuelles, tant mieux. De ces surprises aquatiques de la piscine version 2014, la municipalité vient de nous dévoiler une autre surprise ; le prix d’entrée à 8 € ! Soit une augmentation de 135 % de quoi surprendre le baigneur.

Les réactions sur les forums lyonnais se déchainent.

Chacun va de son commentaires, ça chauffe fort sur le net, du tarif on en arrive vite à la fréquentation, et aux nombreux problèmes de comportements en accroissement important ces dernières années. L’été dernier la piscine avait même fermé en réaction à l’agression d’un membre du personnel, les cars de police qui stationnaient devant l’entrée venaient aussi démontrer que la situation était tendue. S’il est vrai que la situation au bord des bassins est devenue à certaines heures extrêmement tendue, il faut en chercher les causes :

Le plan piscine tombé à l’eau !

« Lyon trop fort, trop sport – Nous lancerons un grand pôle loisir qui se concrétisera par la réalisation d’un centre aquatique ludique dans le Parc Sergent Blandan en bordure du boulevard des Tchécoslovaques. – Nous bâtirons une nouvelle piscine au Confluent réunissant les trois fonctions modernes de ce type de centre : la natation, le bien-être et l’espace ludique. – Nous réhabiliterons la piscine du Rhône avec un bâtiment intérieur, un bassin extérieur chauffé de 50 mètres utilisable toute l’année, un espace évènementiel qui accueillera une patinoire mobile l’hiver. »

Ses promesses n’engagent par M. Collomb et le projet du plan piscine de l’élection municipale de 2009 n’ont pas été toutes tenues ; pas de bassins au parc Blandan, pas plus à la Confluence, la darse servant uniquement de lieu de baignade aux canards.

Le succès de la première phase de la piscine.

Le journal le Monde du 4/5.08.14 « A Lyon les piscines débordements » s’est fait l’écho de la situation. En effet l’été dernier une première partie rénovée de la piscine était proposée au public. Ces installations ont rencontré un vif succès. La conséquence a été que le public venu plus nombreux est aussi resté plus longtemps dans l’établissement. Ce niveau de fréquentation rend la piscine inaccessible à d’autres baigneurs qui attendent dehors. La chaleur, l’attente ; un cocktail explosif.

L’accroissement de la population à Lyon l’été.

La population lyonnaise a cru ces dernières années, le nombre de gens ne partant pas en vacances également. Cette population souvent jeune et familiale est à la recherche d’un lieu de détente pour fuir les appartements lors de forte chaleur. La piscine du Rhône assez facile d’accès est un lieu idéal, son prix l’était aussi. La cohabitation entre une clientèle lyonnaise d’habitués et pour partie une population plus jeune et moins intégrée a entrainé des « incivilités » entre visiteurs et personnels de l’établissement.

La réponse du maire : Taper fort pour dissuader les fauteurs de trouble.

Réponse surprenante de la part d’un élu de gauche. Les indésirables sont priés d’aller voir ailleurs. On pouvait regretter de sa part la politique d’ouverture des centres commerciaux, on était dernièrement surpris par la hausse du coût des activités périscolaires à l’occasion de la réforme des rythmes scolaires, va-t-on devoir maintenant supporter la politique du prix d’exclusion ?

Il y a plus de cinquante Edouard Herriot dans le mouvement hygiéniste avait ouvert plusieurs piscines à Lyon afin que la population puisse découvrir les bienfaits d’une eau de qualité et se détournent des eaux du fleuve. Gérard COLLOMB voudrait-il entrainer un mouvement inverse ? Le nombre de baigneurs dans le Rhône augmente. Les fins de semaines les lyonnais investissent en famille ou entre amis les bords du fleuve de la hauteur du parc de la tête d’or jusqu’au fonds du parc de la Feyssine et la baignade à cet endroit est devenue normale malgré sa dangerosité. A n’en pas douter avec l’augmentation du prix de la piscine, le fleuve va devenir un repli par nécessité.

Les plus pauvres à Miribel ? On pourrait malheureusement imaginer que dans l’évolution de la ville : aménagement de l’hôtel Dieu en cité de la gastronomie et en centre hôtelier haut de gamme, présence accrue de bateaux de croisière à proximité, développement du tourisme…le maire souhaiterait-il évacuer les indésirables loin du centre-ville ? Ça y ressemble !

Retrouvons un vrai projet municipal.

Encourager le tourisme, valoriser l’image de la cité ne doivent pas être des actions incompatibles avec la qualité de vie, la qualité de ville de tous les habitants, au contraire. Montpellier, ville dont les revenus par habitants sont bien plus faibles qu’à Lyon réussi le pari d’une ville universitaire, économiquement dynamique, culturellement agréable et accessible à tous, pourquoi la mairie de Lyon fait-elle un choix opposé ? Il est nécessaire d’investir pour la jeunesse de notre ville, et surtout à un moment de l’année où se sont ceux qui en ont le plus besoins, qui restent à Lyon. Des ouvertures de piscines, peut-être moins haut de gamme mais moins chères, des équipements sportifs disponibles, des médiathèques ouvertes l’été…de quoi retrouver du bien vivre en ville, du bien vivre ensemble.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *