Pollution de l’air ; la transition écologique s’impose.

La pollution de l’air dans notre agglomération et au-delà en région Rhône Alpes devient une préoccupation importante de santé publique. On estime sa conséquence à environ 6 mois d’espérance de vie. Les conséquences sanitaires ont un coût important pour le système de santé ; en fonction des études on estime ce coût entre 20.8 Mrd (rapport Boiteux) et 38.9 Mrd (étude Breta-Eurequa-Grequam). De manière plus concrète et au quotidien on demande aux enseignants de ne pas faire jouer les enfants dans la cour ou de ne pas mettre en œuvre des activités d’éducation physiques et sportives en extérieur.                 

Image Aspa

Les sources de pollution dans notre agglomération sont multiples ;

–          une pollution de base due à l’utilisation des véhicules, les voitures diesel sont une source importante de pollution aux particules fines. Près de deux tiers de l’utilisation des véhicules se fait pour des trajets de moins de 1.5 Kms !

–          dans la périphérie de la ville, un chauffage au bois en foyer ouvert ;

–          et enfin des amendements divers dans les zones agricoles

Différents éléments naturels ; vent, chaleur, humidité de l’air…modifient les éléments chimiques (exemple : évaporation d’ammoniaque) qui composent ces polluants et accroissent la pollution de l’air.

Alors quelles solutions s’offrent à nous pour améliorer durablement la qualité de l’air et la santé de tous, utiliser l’argent économisé par la diminution des effets de la pollution sur la santé ? Elles sont de plusieurs niveaux ;

Image France 3

–          l’information, la sensibilisation de l’ensemble des habitants sur les causes de la pollution et ses conséquences ;

–          l’isolation des bâtiments en norme BBC, lors de la construction et lors des rénovations ;

–          l’encouragement de l’installation de panneaux solaires partout où cela est techniquement possible ;

–          un accroissement du budget des syndicats de transport en commun pour développer le réseau de transport en commun ;

–          une réduction de la vitesse automobile tous les jours de l’année ;

–          le retrait progressif des véhicules diesel du parc routier ;

–          l’interdiction de circulation des véhicules de + de 7 CV fiscaux lors des pics de pollution ;

–          l’encouragement au déplacement en vélo et à pieds pour les trajets courts ;

–          …/…

Ces différentes mesures ne relèvent pas de l’utopie, ce sont pour beaucoup des mesures de bon sens qui peuvent être mises en œuvre rapidement.

A la suite des élections municipales, les différents exécutifs se mettent en place, les plans de mandat devraient prendre en compte la qualité de l’air qui devient préoccupante tant pour la santé que pour l’économie.

 

2 thoughts on “Pollution de l’air ; la transition écologique s’impose.

  1. J’habite PARILLY près du parc,pratiquement tous les jours 7/7 surtout la nuit une usine de venissieux dégage a gogo un air a peine respirable. a présent nous sommes obligés de fermer les fenetres c’est une horreur,comment peu t’ on laissé faire ça.ne peu t’ on pas démasquer cet intrus ou bien on laisse faire.

    1. Bonsoir,
      Je vous conseille de signaler cette situation à la mairie de votre commune, et surtout à la préfecture qui est compétente en matière de qualité de l’air. Tenez-vous au courent de la suite de cette affaire. Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *